Le triomphe annoncé d’Emmanuel Macron

Notre chroniqueur Mathieu Bock-Côté séjourne actuellement en France, d’où il observe l’actualité française d’un œil québécois.

Si les sondages n’exagèrent pas trop, Emmanuel Macron sera réélu de manière éclatante lors de l’élection présidentielle d’avril 2022.

Le système politique français est un système à deux tours. Au premier tour, les Français pourront choisir entre douze candidats. Au second tour, qui aura lieu deux semaines plus tard, ils choisiront entre les deux candidats arrivés en tête au premier tour.

Emmanuel Macron arrivera donc en tête au premier tour. Les sondages lui accordent environ 30 %. Il goûte à ce point sa domination dans les sondages qu’il a décidé de ne pas débattre avec ses adversaires, traités comme des candidats lilliputiens.

Le Pen

Pour l’instant, Marine Le Pen, la candidate de la droite nationale populiste, est celle qui semble avoir le plus de chances de se retrouver contre lui au deuxième tour. On lui donne entre 17 % et 19 %. Elle aurait donc droit à son match revanche sur 2017.

Il faut dire que Marine Le Pen a changé. Elle surprend. Celle qu’il était bien vu de regarder de haut a connu ce qu’on appelle en France une mue présidentielle. Elle a « modéré » son programme. Si elle parle encore d’immigration, et se veut en lutte contre l’islamisme, elle a surtout mené sa campagne autour du pouvoir d’achat des milieux populaires. C’est la candidate des électeurs les plus modestes, des oubliés de la mondialisation.

Si elle ne s’appelait pas Le Pen, et si ce nom ne suscitait pas un réflexe pavlovien, on verrait chez elle une candidate de gauche à l’ancienne, celle qui s’occupait des travailleurs et qui n’était pas obsédée par ce qu’on appelle aujourd’hui les « minorités ».

Cela dit, trois autres candidats peuvent espérer légitimement participer au second tour, pour peu qu’ils connaissent une petite poussée. Jean-Luc Mélenchon est l’un d’entre eux. Candidat d’une gauche radicale, anticapitaliste et ultra-multiculturaliste, il se distingue par un talent oratoire exceptionnel.

Éric Zemmour, le candidat de la droite nationale conservatrice, demeure la surprise possible de cette campagne. Il avait tout chamboulé en entrant en campagne à l’automne, a plusieurs fois trébuché, puis s’est chaque fois relevé. Mais il traverse actuellement une mauvaise passe. Il paie le prix de ses positions autrefois favorables à la Russie, même s’il a condamné vigoureusement l’invasion.

Quant à Valérie Pécresse, la candidate de la droite classique, elle risque l’effondrement, même l’humiliation. La seule victoire possible pour elle est d’avoir un meilleur score qu’Éric Zemmour. C’est ce qu’on appellerait une victoire morale.

Inquiétudes

Emmanuel Macron est servi par les événements. Les Français ont l’habitude de se tourner, en situation de crise, vers leur président, qu’ils aiment voir comme un roi. C’est ce qu’on appelle leur réflexe légitimiste. Devant Vladimir Poutine qui fait trembler l’Europe et le monde, Emmanuel Macron se présente comme une valeur refuge.

Mais une inquiétude perce. Même si Emmanuel Macron l’emporte par un score écrasant au second tour, à cause des divisions de l’opposition, il se retrouvera, au lendemain de l’élection, devant un pays toujours aussi divisé. Il serait élu triomphalement, pour devenir un président impuissant.

Bannir Soljenitsyne ? 

Alexandre Soljenitsyne est un des plus grands écrivains du XXe siècle. Il a dénoncé, en le décrivant avec une froideur clinique, le système du goulag, qui a représenté le point culminant du totalitarisme communiste en Russie. En France, un collège porte son nom. Mais la cancel culture le cible désormais. Des syndicats veulent lui faire payer son nationalisme et sa relative proximité de son vivant avec Poutine. Détail : Soljenitsyne est mort en 2008.

Que veut Poutine ? 

Après près d’un mois de guerre, c’est la question qu’on se pose désormais très ouvertement : que veut Poutine ? Empêcher à jamais l’entrée de l’Ukraine dans l’OTAN ? L’annexer ? Annexer ses régions russophones ? La détruire ? Et s’il s’agit de reconstituer l’empire russe, jusqu’où ira l’ambition de Poutine ? La Pologne s’inquiète, les pays baltes aussi. Le régime de Poutine se radicalise, et annonce la purge de ceux qui lui résisteront. Il confesse à demi-mot la tentation du pire.

 

Macron l’athlète ? 

Pour présenter son programme, jeudi dernier, Emmanuel Macron s’est permis une conférence de presse de près de quatre heures, sur le mode athlétique, comme s’il voulait réaliser aux yeux des Français une prouesse physique et intellectuelle. Ce n’est pas la première fois. Au moment de la crise des Gilets jaunes, il s’était aussi dépensé de semblable manière dans ce qu’il avait appelé son grand débat. Et la presse, globalement, participe au cirque, fascinée par l’exploit du monarque.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages