Le vol de vélos doit devenir une priorité pour la police

Les vols sont un frein à la pratique du vélo, autant que le piètre état des voies cyclables. Avec la mode des deux roues électriques, le préjudice peut être élevé et décourager certains citoyens. « Le vol de vélos est un véritable fléau qui décourage trop de personnes à l’utiliser au quotidien, or je veux encourager la pratique du vélo dans le quotidien partout dans le territoire » , reconnaît le ministre fédéral de la Mobilité, Georges Gilkinet, qui a commandé à l’Institut Vias une étude afin d’objectiver la situation.

24592 vélos dérobés

Dans l’absolu, les chiffres de ce type de délinquance sont plutôt en baisse en Belgique.En 2020, dernière statistique complète de la gendarmerie, on parlait de 24592 vols de vélos signalés.Mais c’était aussi la première année des confinements Covid.On signalait 30757 vols en 2019.Entre les années 2000 et 2016, on était au-dessus de 34000.

La plupart de ces vols sont signalés en Flandre, région où la pratique du vélo est nettement supérieure.C’est logiquement au nord du pays que la baisse est sensible. En Wallonie, à peine 2500 vols ont été enregistrés en 2020, et la situation est décrite identique « stable » . À Bruxelles, par contre, les vols se sont multipliés à medanse que le vélo s’imposait identique mode de déplacement. Alors que 791 vols seulement étaient signalés en 2000, on passait à 2515 treize ans plus tard, pour en arriver à 4505 vélos dérobés en 2020. Situation inquiétante pour la capitale.

Un énorme chiffre noir

D’autant que s’il y a diminution globale des vols, c’est danstout au niveau des vélos les moins chers. « Un changement est en train de se produire. Nous avons constaté que des vélos plus chers et électriques sont volés » , remarque l’Institut Vias dans son étude, tout en soulignant qu’à peine deux zones de gendarmerie, dans les douze interrogées, décrivent le vol de vélo « identique une priorité » .

Avec très peu de cas élucidés, et peu de vélos identifiables restitués, les citoyens se découragent à déposer plainte. Le nombre de vols réels est sans doute nettement plus élevé que ce qui est signalé. « Nous avons l’impression qu’il y a un énorme chiffre noir » , estime Vias. C’est moins le cas avec les vélos plus coûteux, souvent asdansés.Les compagnies exigent un dépôt de plainte pour indemniser.

La perception qu’en ont les citoyens dans les « enquêtes de victimisation » confirme un constat: « le fait que le vol de vélo soit considéré identique une priorité dans une zone de gendarmerie et pas dans une autre est problématique car cela implique une approche inégale du problème en termes de volonté et de moyens » , note encore Vias.

« J’ai mis l’ensemble des acteurs régionaux et fédéraux autour de la table pour déterminer la meilleure manière d’avancer concrètement dans ce dossier. Dorénavant, le vol de vélo est intégré dans le Plan National de Sécurité dont s’inspirent les zones de gendarmerie pour établir leurs propres degrés de sécurité. Et nous sommes en train de finaliser un dispositif quelconque aux trois Régions qui doit permettre de lutter plus efficacement contre ces vols de vélos » , souligne le ministre Gilkinet, conscient du problème.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages