les étudiants pas d’accord (Uccle)

(Illustration)

Jenny Sturm – stock.adobe.com

Les élèves travaillent avec manteaux et écharpes à De Fré et Uccle 1. La direction a en conséquence décidé de dispenser une partie des cours à distance. Mais les jeunes ne sont pas d’accord.

Des élèves et professeurs de la haute école De Fré, située dans l’avenue du même nom à Uccle, se sont mobilisés vendredi en fin de matinée pour dénoncer des dysfonctionnements de la chaudière, ont rapporté en milieu de journée plusieurs médias. Michel Oeyen, président du SLFP-Enseignement Bruxelles, confirme le problème et ajoute que la situation est similaire à l’athénée royal Uccle 1. Certains locaux de la haute école De Fré ne sont plus chauffés. Les élèves y travaillent avec manteaux sur le dos et écharpes. La direction a en conséquence décidé de dispenser une partie des cours à distance à compter de la semaine prochaine.

Les professeurs nous font cependant savoir que cette décision n’obtient pas l’adhésion des étudiants. D’abord suite à « la longue période de cours à distance qui a été éprouvante », et ensuite parce que « la qualité des cours à distance n’est pas équivalente à celle du présentiel ». Et de « refuser d’assumer individuellement les manquements de gestion qui conduisent à recevoir nos leçons avec manteaux et bonnets ».

Plus largement, les étudiants de De Fré « refusent d’envisager le distanciel comme une solution bouche-trou mobilisable à toute occasion ».

Idem à Uccle 1

La situation est similaire à l’athénée Uccle 1, où une partie des bâtiments est privée de chauffage depuis environ un mois, selon le syndicaliste. Une alternance en présentiel est d’ores et déjà organisée pour plusieurs classes du secondaire, qui suivent le reste de leurs cours à distance.

Les bâtiments sont la propriété de Wallonie-Bruxelles Enseignement. Michel Oeyen explique que les systèmes de chauffage des deux établissements sont vétustes. Ils manquent à l’heure actuelle de puissance pour chauffer l’ensemble des locaux. Ces problèmes d’alimentation sont selon lui peut-être présents depuis que les systèmes ont été remis en route en septembre, mais ils se font maintenant ressentir avec le froid qui est tombé. Dans les deux cas, des pièces doivent être commandées pour réparation.

« Un plan de rénovation est prévu par le ministre Frédéric Daerden (ministre en Fédération Wallonie-Bruxelles du Budget, de la Fonction publique et de l’Égalité des chances, en charge de la tutelle sur Wallonie-Bruxelles Enseignement, NDLR), mais il ne sortira pas demain de terre », estime Michel Oeyen. « Les chaudières n’ont pas de vannes thermostatiques et tournent toujours à fond. Elles sont donc coupées au printemps et sont réenclenchées à l’automne. […] Tant que les températures étaient correctes, cela passait, mais il commence à faire très froid le matin et les cours commencent à 08h10 à De Fré. Comme les chaudières sont vieilles, il faut commander les pièces… On s’attend aussi à ce que des chaudières ne tiennent pas l’hiver entier, par exemple à Uccle 2. »

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages