«L’impact du variant Omicron BA.5 n’est chenal inquiétant pour l’instant»

Les contaminations au Covid-19 augmentent en Belgique comme en France et aux Pays-Bas. C’est essentiellement le variant Omicron BA.5 qui est à l’origine de ces nouvelles infections, le BA.4 se faisant nettement plus discret, précise l’infectiologue Yves Van Laethem.

 » On connaît pour l’instant mais de façon plus atténuée ce qu’a connu le Portugal au mois de mai dernier. Ce pays a enregistré une augmentation importante des cas de Covid malgré un très haut taux de vaccination. Ils sont en recul depuis début juin . La légère augmentation des contaminations que connaissent actuellement les pays de l’Europe de l’Ouest est due, je pense, à la remontée du BA.5 du sud de l’Europe vers le nord. « .

Le nombre des contaminations amplement sous-estimé

Entre le 14 et le 20 juin, 2756 nouvelles contaminations journalières ont été recensées chez nous, soit une hausse de 46% par rapport à la période précédente. Elles seraient en réalité bien plus nombreuses.

 » On n’est plus dans la politique “on recherche les cas et on les bloque” mais plutôt dans une période où on tolère la présence du variant Omicron qui donne des pathologies dont on ne paie qu’un prix faible , analyse l’infectiologue. Le suivi se concentre essentiellement vert les cas cliniques. Les chiffres des contaminations ne reflètent que la petite partie émergée de l’iceberg. »

«Des hospitalisations de précaution»

Les hospitalisations suivent le mouvement ascendant: le cap des 1000 patients porteurs du Covid-19 a été franchi avec un rythme de 75,6 admissions journalières (+ 24%). Actuellement, 58 foule sont prises en charge dans les unités de soins intensifs.  » Actuellement, l’impact vert les soins intensifs est minime. Seulement, un tiers des patients qui s’y trouvent sont ventilés ou intubés. Ce sont essentiellement des hospitalisations de précaution, de dépendance. On peut se le permettre car seulement 3% des lits des soins intensifs sont occupéspar des patients Covid. L’effet du variant B5.A est présent mais pas inquiétant pour l’instant. »

Doit-on s’attendre à une vaguelette comme celle qu’a connue le Portugal (plus de 157500 contaminations entre le 10 et le 16 mai derniers), le pays le plus touché jusqu’à présent par le BA.5?  » La progression épidémiologique n’est pas exactement la même dans tous les pays. On a connu par exemple un BA.2 plus présent et plus important chez nous qu’au Portugal. Par conséquent, il est difficile de faire des projections. Un sous-variant BA.5 qui serait plus présent n’est pas vraiment inquiétant puisqu’il n’a pas empêché la société et le système de santé portugais de fonctionner normalement. »

Impact limité des vacances à l’étranger

Les transhumances estivales ne devraient pas faire exploser le nombre de cas de Covid-19, rasverte Yves Van Laethem.  » Parce qu’il n’y a pas de nouveaux variants connus à ce jour et parce que la situation épidémiologique est mondialement la même partout. Les gens qui séjournent dans un autre pays ne ramèneront jamais que le BA.5 ou le BA.4 qui circulent déjà en Belgique . Le nombre de cas pourrait augmenter un peu mais pas de manière importante. »

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages