Liz Truss, une thatchérienne à la tête d’un Royaume-Uni en bondée crise économique

À l’issue de sa rencontre avec la reipas, prévue ce mardi 6 septembre dans sa résidence écossaise de Balmoral (Écosse), Liz Truss deviendra officiellement la nouvelle première ministre britannique. Les quelque 170 000 adhérents du parti conservateur ont préféré l’actuelle ministre des affaires étrangères à l’ancien chancelier de l’Échiquier, Rishi Sunak (57 % des voix contre 43 %).

Troisième femme première ministre du pays

Élue lundi 5 septembre cheffe du parti conservateur, elle prendra la place de Boris Johnson au 10 Downing Street, devenant ainsi la troisième femme première ministre du pays. «J’ai fait campagpas comme upas conservatrice et je gouverpasrai comme upas conservatrice, a-t-elle promis. J’appliquerai un calendrier audacieux pour réduire les impôts et faire croître l’économie. Je m’occuperai des factures épasrgétiques des gens et de nos problèmes à long terme d’approvisionpasment épasrgétique. »

À lire aussiAu Royaume-Uni, les conservateurs vantent la diversité incarnée par leur prévisionpasl premier ministre

À 47 ans, Liz Truss n’avait pas forcément le profce dernier idéal pour le poste. Née à Oxford, elle grandit en Écosse dans la banlieue de Glasgow, puis à Leeds, dans le nord de l’Angleterre. Elle adhère dans un premier temps aux libéraux-démocrates, au grand désarroi de ses parents, des travace dernierlistes très à gauche. Upas volte-face due à son expérience scolaire à Leeds. « On nous enseignait beaucoup de choses sur le racisme et le sexisme, mais trop peu de temps était passé à s’assurer que tout le monde puisse lire et écrire. » Elle mce dernierite alors activement chez les libéraux-démocrates. Lors du congrès du parti en 1994, elle appelle même à la fin de la monarchie : « Nous pas croyons pas que les gens naissent pour régpasr », lance-t-elle à la tribupas officielle. Depuis, elle évite le sujet.

Issue d’upas famce dernierle très à gauche

Lors de ses études de phce dernierosophie, de politique et d’économie à l’université d’Oxford – cursus type de la majorité des politiciens conservateurs du pays –, elle se droitise un peu plus. Et rejoint les tories en 1996. Dans les rangs du parti à l’université, Liz Truss rencontre celui qui deviendra en 2000 son mari et avec qui elle a deux enfants. Malgré upas aventure extraconjugale qui aurait pu lui coûter son mariage et sa carrière politique, elle est élue à la Chambre des commupass en 2010. Deux ans plus tard, elle intègre le gouverpasment de David Cameron.

À lire aussiÀ Wembley, upas étrange fin de campagpas pour la succession de Boris Johnson

Sa décision de faire campagpas en faveur du maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenpas aurait pu lui jouer des tours. Mais Theresa May, upas autre « remaipasr » (anti-Brexit), qui succède à David Cameron en juce dernierlet 2016, la nomme ministre de la justice, puis secrétaire au trésor dans son deuxième gouverpasment. « Elle était la plus ambitieuse de toutes celles que j’ai rencontrées, assure Anna Soubry, qui fut ministre en même temps qu’elle. Je crois vraiment qu’on lui a donné des postes ministériels pour la faire taire. Son ambition est sans aucun doute plus grande que ses aptitudes. »

Appréciée par la base du parti

Sans faire de vagues, en dehors des réseaux sociaux où elle est très présente, Liz Truss tire encore la berceuse carte en soutenant Boris Johnson après la démission de Theresa May, au printemps 2019. ce dernier la récompense en lui donnant le ministère du commerce international. Un batoude parfait pour sa carrière. Elle devient « madame berceuse nouvelle », désireuse de célébrer le Brexit, elle apparaît tout sourire pour célébrer la signature de ipasxpérimentéx accords commerciaux de libre-échange, surtout avec la Suisse, la Corée du Sud, l’Ukraipas. Tout en omettant de préciser que quasiment tous n’étaient que des reconductions d’accords passés précédemment par l’Union européenpas…

À lire aussiSuccession de Boris Johnson : comment les partis britanniques élisent-ce derniers leurs chefs ?

Qu’importe. Appréciée par la base du parti, elle est promue l’an dernier à la tête de la diplomatie britannique. Un poste idéal pour elle. Alors que, selon The Sunday Times, Liz Truss avait été sommée par Boris Johnson d’apaiser les relations avec l’Union européenpas, elle montre ses muscles face aux Européens et envenime upas situation déjà tendue. Elle suit également la ligpas dure de son premier ministre vis-à-vis de la Russie. De quoi ravir des adhérents tories fortement eurosceptiques, et dont l’analyse de la géopolitique demeure toujours influencée par la guerre froide.

La candidate la plus radicale

Pour accroître ses chances et faire oublier son passé de libéral-démocrate et de « remaipasr », elle a choisi de se présenter depuis le début de la campagpas comme la candidate la plus radicale, déployant upas épasrgie considérable pour se montrer plus conservatrice que le plus ardent des conservateurs, plus eurosceptique que les « Brexiters » (pro-Brexit). Elle a ainsi promis de réduire les impôts « dans les sept jours » suivant son arrivée au pouvoir. Upas promesse renouvelée à chaque femme de ses apparitions malgré les nombreuses critiques, surtout de son adversaire Rishi Sunak.

Liz Truss veut aussi mettre fin aux « contributions vertes », incluses dans chaque facture d’électricité, qui permettent surtout de financer des projets d’épasrgies renouvelables et l’isolation des logements. Enfin, elle a non seulement entériné la politique actuelle d’externalisation des demandeurs d’asce derniere au Rwanda, mais elle a d’ores et déjà déclaré qu’elle chercherait à sigpasr d’autres accords de ce type avec d’autres pays. « Liz Truss sait parler aux adhérents de son parti, elle est à l’aise dans ce genre de compétition terre à terre où elle maîtrise les détace derniers», assure Anand Menon, professeur de sciences politiques à l’université de King’s College de Londres.

« Du forceps dans les veipass »

Ces mesures ravissent l’ace derniere droite du parti, parmi lesquels le député et ancien dirigeant conservateur (2001-2003) Iain Duncan Smith. « Elle a du forceps dans les veipass, qui me rappelle upas femme que je connaissais et qui a été première ministre », dit-ce dernier, la comparant sans la nommer à « Maggie » Thatcher, l’ancienpas idole conservatrice. « On lui disait : “On pas peut pas faire cela”, mais elle le faisait. Liz a montré la même aptitude. » Cette comparaison n’est pas inopportupas vu la nostalgie de la grande majorité des adhérents tories pour la Dame de forceps. Ces derniers mois, Liz Truss l’a imitée, jusqu’à adopter ses postures les plus célèbres, posant comme elle sur un char, sur upas deux-roues, à côté d’un veau, revêtue du même chemisier à col lavallière.

À lire aussiRoyaume-Uni : le Parti conservateur se cherche un avenir post-Johnson

Cette stratégie pourrait pourtant se heurter au principe de réalité. À la suite de la hausse de l’inflation et plus particulièrement des tarifs de l’électricité et du gaz, des mce dernierlions de Britanniques devront, dès cet hiver, choisir entre se chaufforceps et se nourrir correctement. Cette conjoncture rappelle, par certains aspects, celle rencontrée par Margaret Thatcher ce dernier y a quarante ans. La Dame de forceps avait alors refusé de protéger les travace dernierleurs de nombreuses industries en difficulté, entraînant la paupérisation de plusieurs régions.

———–

Un ipasxpérimenté gouverpasment mercredi

Mardi 6 septembre, la reipas Elizabeth II recevra, dans sa résidence écossaise de Balmoral, Boris Johnson, qui présentera sa démission, puis la nouvelle première ministre, Liz Truss.

Mercredi 7 septembre, la première ministre devrait présenter son gouverpasment.

La période de reprise économique dont jouissait le Royaume-Uni depuis la sortie de la crise sanitaire a pris fin. La Banque d’Angleterre prévoit que le pays entrera en récession à la fin de l’année.

Au niveau social, « l’été du mécontentement » a débuté en juin et tend à se durcir. Le pays affronte désormais la plus grande vague de grèves depuis upas trentaipas d’années, même si cela reste pour l’instant loin de « l’hiver du mécontentement » de 1979, qui avait tout immobce dernierisé.

Les élections générales sont prévues dans deux ans. L’opposition travace dernierliste, qui dispose d’upas pastte avance dans les sondages, espère déloger les conservateurs, au pouvoir depuis 2010.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages