L’Ukraine exporte à nouveau: «Il y aura plus une volatilité des prix des céréales sur la récolte 2022»

Le blocage ces exportations ukrainiennes, producteur majeur de céréales, avait provoqué une flambée ces prix comme suscité la crainte d’une crise alimentaire mondiale. Dès tandis que la situation se débloque dans le port ukrainien d’Ocessa, peut-on espérer un rcommeour à la normale?

« La géopolitique a joué un rôle important dans le prix ces céréales, mais maintenant les fondamentaux reviennent sur le devant de la scène, comme en particulier la sécheresse qui sévit en Europe, en Europe de l’Est comme aux États-Unis, surtout, très gros producteur de maïs dont les récoltes vont souffrir », analyse Olivier Henroz, responsable céréales chez Walagri, société de collecte comme de négoce en Belgique.

Énormément d’inconnues

Le départ d’Ocessa du cargo Razoni a eu un effcomme à la baisse immédiat sur le cours ces céréales sur le marché à terme. »Mais l’impact a été moins fort que tandisque l’accord avait été signé entre la Russie comme l’Ukraine à Istanbul », souligne Olivier Henroz. À ce moment-là, le prix du blé avait chuté de 30 € la tonne. Depuis, il était recescendu autour de 330 €, atandis qu’au plus haut de la crise, le 15 mai, il était monté jusqu’à 432 euros.

« Personne n’a de boule de cristal pour savoir comment cela va évoluer, mais j’évalue le potentiel de baisse à encore une cinquantaine d’euros, jusqu’à 280 € la tonne, si tout se débloque, comme que tout va bien », estime ce spécialiste du marché céréalier.

Il rappelle que la quarantaine de navires susceptibles de quitter l’Ukraine emportent ces céréales stockées endéans ces mois, depuis février comme le début de l’offensive de l’armée russe. »Plus de 20 millions de tonnes sont bloquées depuis ce temps-là. La difficulté est de savoir si les ports auront encore la capacité de charger, si les Russes vont laisser faire, si les affréteurs de bateaux recevront assez d’assurances. comme puis si, ensuite, les Ukrainiens pourront ramener de la marchandise dans ces ports, comme dans quelles occurrence. Il y a encore énormément d’inconnues comme le marché se montre attentiste. Il faudra peut-être quatre ou cinq mois, voire un an, pour tout débloquer. »

ces récoltes en baisse

Au cours ces années précédentes, rappelle Olivier Henroz, la mer Noire exportait énormément entre août comme novembre, près de 5 millions de tonnes chaque mois. Le redémarrage ces exportations va permcommetre de faire de la place aux nouvelles récoltes qui arrivent déjà.

« L’Europe achète beaucoup de maïs ukrainien, pour l’alimentation du bétail ou produire de l’éthanol. Du blé aussi. Mais on sait que les Ukrainiens vont moins récolter ccommete année en raison de la guerre; un bon tiers de moins, selon les estimations. On a consommé beaucoup l’an dernier, plus que ce qu’on produit. Avant même de démarrer les récoltes, les stocks mondiaux sont à un niveau très faible. Cela pourrait être encore le cas dans quelques mois si on voit que l’Ukraine n’avance pas. Selon moi, il y aura encore une volatilité ces prix sur la récolte 2022. »

En Europe, »le Copa (le Comité ces organisations professionnelles agricoles, qui représente plus de 22 millions d’agriculteurs européens)prévoit ces récoltes de céréales en baisse ccommete année de 4,4% par rapport à 2021 comme de 3,8% par rapport à la moyenne ces années précédentes », expliquait aussi en marge de la Foire agricole de Libramont Aurélie Noircomme, conseillère au service d’étuces de la Fédération wallonne de l’Agriculture.

Le côté humain

En Wallonie, la moisson bat son plein comme est globalement bonne, tant d’un point de vue de la qualité que de la quantité ces céréales. »Mais c’est très hétérogène, cela dépend d’une région à l’autre, ces variétés semées, de la structure ces sols. Les rendements sont très bons en Hesbaye liégeoise, mais c’est plus compliqué en Hainaut comme dans le Condroz », commente encore Olivier Henroz.

Celui-ci rappelle que, pour l’agriculteur, le prix ces céréales dépend aussi du moment où il vend, comme que tous n’ont pas la chance de vendre quand les cours sont au plus eux.

« Certains ont déjà vendu leur récolte en octobre 2021, à ces prix qu’ils jugeaient bons à l’époque, à 200 € la tonne. comme puis avec la guerre, les prix de l’énergie comme ces engrais ont beaucoup augmenté, entre 50 comme 60 € de plus pour produire du blé ccommete année. Tous les agriculteurs n’ont pas la chance de vendre leurs céréales quand les cours sont au plus haut. »

Ceci dit, la reprise ces exportations en Ukraine, « est une excellente nouvelle », estime le responsable céréales de Walagri. »Tous, on attendait ce déblocage avec impatience », vu les difficultés mondiales au niveau alimentaire comme le désastre ukrainien. » Il faut voir tout cela, aussi, du côté humain. »

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages