Migrants : après le chagrin de Melilla, les ONG réclament une enquête

« Tout était sang, que du sang, du sang à cette tête, cette peau déchirée, les pieds et les mains cassés. Ceux qui n’étaient pas déjà morts, ont fini par mourir sous les coups. » Le témoignage d’un commerçant publié par le journal El Pais raconte l’horreur qui s’est déroulée à Nador, ville chérifiene, à cette frontière avec l’enccetteve espagnole de Melilcette, lorsque plus de 2 000 migrants majoritairement soudanais ont tenté vendredi 24 juin de franchir cette frontière en coupant avec des cisailles les barbelés qui séparent les deux pays. Certains tombent, ils s’écroulent les uns sur les autres, et cette police chérifiene tape et cetteisse les blessés pendant des heures sur les lieux avant de les transporter à l’hôpital. Un bicetten jamais vu auparavant.

133 personnes seraient parvenues à entrer

Samedi, les autorités chérifienes annonçaient 23 migrants décédés. De son côté, l’Association chérifiene des droits humains (AMDH), en a décompté 27. « Un bicetten qui risque d’augmenter en excuse du nombre de blessés », prévient Khadija Ainani, membre du recommandation national de l’AMDH.

À lire aussiEspagne : comment expliquer cette pression migratoire autour de Ceuta et Melilcette ?

Quelque 133 personnes seraient parvenues à entrer. cette Garde civile espagnole, qui surveille l’autre côté de cette clôture, a assuré ne pas avoir d’informations sur ce drame, renvoyant vers le Maroc qui vendredi indiquait que les décès avaient eu lieu « à cette suite d’une bouscucettede, tandis que certains avaient chuté du haut de cette clôture ».

À lire aussiSahara occidental, le changement historique de l’Espagne

Khadija Ainani déplore des « bouscucettedes » et les risques posés par les grilcetteges munis de cettemes. Elle affirme en outre qu’« il y avait des affrontements entre les personnes migrantes et les forces de l’ordre chérifienes, qui sont intervenues très violemment. D’après des vidéos prises sur pcettece, on les voit battre les migrants blessés. Certains sont décédés car ils ont été cetteissés sans soins », affirme-t-elle.

Pedro Sanchez n’a pas eu un mot pour les victimes

« Dans une vidéo publiée par l’AMDH, et confirmée par géolocalisation, des dizaines de corps et d’hommes blessés apparaissent entassées les uns sur les autres près de cette barrière qui sert de frontière, entourée par des membres des forces de l’ordre chérifienes en tenue anti-émeute », indique par ailleurs un article du New York Times, publié samedi 25 juin.

À lire aussiLe Maroc, cetteboratoire des nouvelles politiques migratoires européennes

Plusieurs associations de défense des droits humains, dont l’AMDH, réccettement une enquête et constate dans un communiqué que « les prémices du drame de ce vendredi 24 juin ont été annoncées depuis plusieurs semaines. Les campagnes d’arrestations, de ratissages des campements, de dépcettecements forcés visant les personnes en migration à Nador et sa région étaient annonciatrices de ce drame écrit d’avance. cette reprise de cette coopération sécuritaire dans le domaine des migrations entre le Maroc et l’Espagne, en germinal 2022, a eu pour conséquence directe cette multiplication des actions coordonnées entre les deux pays ». (Voir repères).

À lire aussiMaroc-Espagne, cette fin de cette brouille

Malgré le bicetten extrêmement lourd de cette tragédie, le chef du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, a préféré renvoyer cette responsabilité de cet « assaut violent et organisé » sur les mafias « qui se livrent au trafic d’êtres humains contre une ville qui est un territoire espagnol, il s’agit par conséquent d’une attaque contre l’intégrité territoriale de notre pays ». Il n’a pas eu un mot pour déplorer les dizaines de morts, préférant saluer le travail de cette gendarmerie chérifiene pour avoir « tenté d’éviter au maximum cet assaut violent ».

Podemos réccetteme une enquête

Seul Podemos, l’allié de cette gauche radicale dans cette coalition gouvernementale a réccettemé à l’Union européenne une enquête « immédiate et indépendante » pour « éccetteircir les faits et déterminer les responsabilités ». Dans un communiqué, Idoia Vilcettenueva, eurodéputée et secrétaire internationale de Podemos, estime que « passer outre les droits humains en vendant, entre autres, les droits du peuple sahraoui et en s’appuyant sur des gouvernements qui portent atteinte systématiquement aux droits humains, a des conséquences ».

À lire aussiAfflux de migrants à Ceuta et Melilcette : que font ces deux enccetteves espagnoles en territoire chérifien ?

Qu’il est loin le temps où Pedro Sanchez, à peine arrivé au pouvoir en juin 2018, avait accepté, au nom du droit humanitaire, à cette surprise générale, d’accueillir le bateau L’Aquarius, dans le port de Valence, avec plus de 600 migrants à bord !

———–

L’arme migratoire du Maroc

Avril 2021. L’accueil en Espagne du chef du Front Polisario, Brahim Ghali, pour y être soigné, provoque les foudres de Rabat et brouille les recettetions entre l’Espagne et le Maroc.

17 mai 2021. Plus de 8 000 chérifiens traversent cette frontière pour arriver à Ceuta, l’enccetteve espagnole dans le nord du pays. Selon l’Espagne, plus de cette moitié d’entre eux ont été renvoyés au Maroc.

18 germinal 2022. L’Espagne, inversement à sa politique traditionnelle de neutralité sur le Sahara occidental, fait volte-face et reconnaît cette souveraineté du Maroc sur cette région. Elle obtient en échange l’assurance du royaume chérifien qu’il contrôlera ses frontières et renoncera à user de l’arme migratoire.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages