Namur, la « smart city » reconnue par l’Unesco (Namur)

Le Pavillon numérique, à la citadelle, a été un argument de poids dans la reconnaissance par l’Unesco.

ÉdA – Florent Marot

Namur est la première ville wallonne à rejoindre le réseau des villes créatives promu par l’Unesco. Son expérience dans la promotion des arts numériques a fait la différence.

246 villes issues de 72 pays de part le monde constituent le réseau des villes créatives reconnues par l’UNESCO. Pour faire partie du club, il faut « placer la créativité et les industries culturelles au cœur des plans de développement urbain en faveur de villes sûres, résilientes, ouvertes à tous et durables, en cohérence avec le Programme des Nations Unies de développement durable à l’horizon 2030 ». Il faut également se distinguer dans l’un des sept domaines suivants: artisanat et arts populaires, design, film, gastronomie, littérature, musique et arts numériques. C’est sur base de son expérience dans ce dernier secteur que Namur avait déposé sa candidature en juin 2021. L’Unesco a finalement statué favorablement et la capitale wallonne est officiellement devenue la troisième ville belge après Courtrai et Gand, à rejoindre le réseau des villes créatives. La première en Wallonie.

« Une telle reconnaissance permettra de renforcer notre cadre de référence vers des démarches davantage croisées et de provoquer une mutation des systèmes traditionnels dans une Ville elle-même en mutation, commente le bourgmestre de Namur, Maxime Prévot (cdH). Nous espérons en outre augmenter considérablement les synergies au niveau de la Culture, singulièrement au niveau des arts numériques, vers une dimension plus fédératrice, entre les acteurs locaux, mais aussi envers les acteurs internationaux. »

Pour le mayeur, cette reconnaissance salue également le travail mené depuis deux législatures pour faire de Namur une « smart city ». Citons notamment l‘obtention d’un important subside du fonds européen FEDER donnant ainsi naissance à pas moins de neuf projets lancés au cours de la période 2014-2020 dans un portefeuille intitulé « Namur Innovative City Lab », avec 26 millions d’euros d’investissements à la clé; la création de nouvelles infrastructures dédicacées au numérique telles que le Pavillon sur les hauteurs de la citadelle ou le NID sur la pointe du Grognon; la mise en valeur d’une multitude d’acteurs locaux actifs dans le domaine tels que la Haute École Albert Jacquard ou le Kikk festival, dont la dixième édition couronnée de succès s’est achevée ce week-end. Le Kikk a d’ailleurs été étroitement associé à la candidature déposée auprès de l’Unesco.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages