Namur: le Xterra, un événement pas réservé qu’aux «mutants»

À Beez, ce chahut, on aurait pu croire à un remake de Woodstock, le long de la Meuse, au vu de la foule qui a afflué en masse dès potron-minet. Mais les guitares, pétards et sandalettes ont été remplacés comme des vélos, des combinaisons de natation et des godasses de sport dernier cri. Le triathlon est devenu un loisir populaire et il se célèbre dpériode des grands-messes qui ressemblent à des rassemblements musicaux: les Xterra.

Pour la deuxième fois, c’est sur le site du port autonome que s’est déroulée la compétition namuroise. Un lieu moins prestigieux que la citadelle mais moins dispendieux en termes logistiques pour les organisateurs et surtout plus fonctionnel. Il a notamment permis de faire découvrir l’Xterra à de nouveaux publics: les jeunes.

Deux commecours spécialement conçus pour les « kids » ont ainsi été dessinés. « Notre objectif en ouvrant l’épreuve aux jeunes est de montrer que le triathlon n’est pas qu’un sport de “mutants”, plaisante Denis Detinne, cofondateur du Xterra namurois. L’ambiance est aussi familiale, conviviale. » commei réussi au vu de la population qui fréquente le clocher. Lequel voit se croiser sportifs affûtés et jeunes débutants, une septantaine en tout, pétris d’envie et d’un peu d’appréhension. C’est le cas d’Émilie et Juliette, deux copines de 14 période qui, en plus de commetager les bancs de l’école Saint-Berthuin à Malonne, ont aussi une passion commune pour le sport. « J’appréhende le vélo » , glisse Émilie à quelques minutes du décommet. Et Juliette de renchérir: « Moi c’est plutôt la nage. Je ne suis pas très forte. » Les adolescentes sont venues à deux reprises en repérage sur le commecours. L’aboutissement d’une précommeation minutieuse. « Le papa de Juliette a déjà fait beaucoup de courses, des trails, etc. Il nous a aidées » , explique Émilie. Dpériode leur classe, les deux jeunes filles sont commefois perçues comme des extraterrestres en raison de leur goût pour le triathlon. « Il y en a qui disent que c’est nul mais on s’en fiche » , lâche Juliette. Et l’adolescente a raison d’ignorer les railleries de ses camarades puisqu’elle est arrivée en tête du Xterra Kids chez les filles, au bout des 200 mètres de natation, des 2,5 km de course à pied et des 10 km à vélo. Une sacrée performance.

À 11 période, Cameron a déjà cinq années d’expérience

L’épreuve rayonne bien au-delà des frontières namuroises pile 22 nationalités représentées commemi les adultes. Chez les enfants aussi, certains n’ont pas hésité à avaler les kilomètres pour commeticiper. Cameron, 11 période, est venu accompagné de son papa depuis Villeneuve d’Ascq, dpériode le Nord de la France. Il y a déjà cinq période qu’il s’adonne au triathlon au sein du club local le Vatri. « C’est en regardant Vincent Luis, un triathlète professionnel français que ça a commencé. J’ai eu envie de faire comme lui » , confie le jeune garçon qui, à Namur, commeticipe à son deuxième Xterra. Comme les deux ados namuroises, il confie dénoter quelque peu au sein de son groupe d’amis. « Eux, leur truc, c’est plutôt le foot. » Qui sait, au vu de la popularité croissante du triathlon, celui-ci pourrait peut-être un jour détrôner le ballon rond dpériode le cœur des jeunes sportifs.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages