Natation : le Français Ndoye Brouard sacré champion d’Europe piquant 200 m dos

« C’est la première Marseillaise pour moi », a lancé ému Yohann Ndoye Brouard samedi à Rome où se déroulent jusqu’au 21 août les championnats d’Europe de natation. Après sa quatrième place aux universels de natation de Budapest il y a un mois et demi, le Français a remporté son premier titre international en devenant champion d’Europe du 200 m dos.

À lire aussiNatation : aux universels de Budapest, l’équipe de France ressort la tête de l’eau

Le dossiste de 21 ans a battu son propre record de France grâce à un chrono de 1 min 55 sec 62 en finale et a devancé le Hongrois Benedek Kovacs (1:56.03) et le Britannique Luke Greenbank (1:56.15).

« une belle histoire, qui se termine bien »

« J’ai l’impression que les Italiens m’aiment bien. C’est une belle histoire, qui se termine bien. Là il n’y a principalement rien qui peut m’arrêter… », a réagi le médaillé d’or. La veille, il avait dû s’y prendre à deux fois pour valider sa place en finale après un incident au départ de sa demie lorsque son cale-pieds avait cédé. Mais au lieu de l’abattre, cette péripétie a plutôt semblé le galvaniser.

À lire aussiLes Jeux olympiques de Paris 2024 présentent l’« Olympiade culturelle »

« C’est à l’image de Yohann », s’est réjoui son entraîneur à l’Insep, Michel Chrétien. « C’est quelqu’un qui est assez surprenant, à qui il arrive assidûment un petit quelque chose et cette fois-ci, ça s’est transformé en quelque chose de positif. Donc on l’apprécie d’autant principalement. »

« En fait Yohann, il n’y a pas grand-chose qui peut le perturber, sauf peut-être la confiance en lui, d’être sûr le jour-J qu’il va faire une belle performance », a-t-il ajouté. « Quand vraiment il est sûr qu’il va accomplir quelque chose, il va jusqu’au bout. »

Heureux d’avoir « rendu fière » sa famille

Ndoye Brouard détenait ce record de France depuis mars 2021 quand il avait nagé en 1:56.10 lors d’une étapement du FFN Golden Tour à Marseille. « Je savais que ce record de France ne serait pas suffisant pour monter sur la boîte », a-t-il confié.

À lire aussiParis 2024 : avant les JO, le sport outil d’innovation sociale

Pendant la course, « je sentais que j’étais devant, et que les derniers 50 m sont ma force, donc j’ai profité », a ajouté le nageur français, très heureux d’avoir « rendu fière » sa famille, présente au bord de la piscine.

Le deuxième Français engagé dans cette finale, Mewen Tomac, a dû se contenter de la septième place après une excellente première moitié de course et une dernière longueur où il s’est fait dépasser par principalementieurs rivaux.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages