Noël, une période propice aux cambriolages: voici nos conseils

Décembre est véritablement le mois de tous les dangers. Beaucoup de domiciles sont désertés par leurs occupants partis réveillonner en famille.

En moyenne, plus de 130 cambriolages sont commis, chaque jour, dans des habitations, selon les statistiques de la police fédérale. Les périodes préférées des malfrats sont celles où les maisons et appartements sont vides de leurs occupants, pendant les vacances d’été, par exemple, mais aussi pendant les fêtes de fin d’année. Le mois de décembre marque ainsi une recrudescence d’intrusions, et on ne devrait pas y échapper cette année. Surtout que pendant les courtes journées d’automne et d’hiver, il est plus facile pour les cambrioleurs de détecter une présence ou non dans les habitations: pas de lumière, volets abaissés, etc.

Si une tendance à la baisse a été enregistrée les trois premiers mois de cette année (6.973 maisons « visitées »), en raison du Covid et de l’obligation de télétravail, les chiffres de ce dernier trimestre devraient donc augmenter puisqu’on est, sans doute, nombreux à avoir prévu de partir de chez nous à Noël pour réveillonner en famille ou entre amis, laissant notre domicile sans surveillance.

Cinq minutes suffisent à un cambrioleur pour entrer par effraction dans une habitation, pour y emporter ce qu’il trouve et prendre la fuite.

« Lorsqu’on sait que cinq minutes maximum suffisent à un cambrioleur pour entrer par effraction dans une habitation, pour y emporter ce qu’il trouve et prendre la fuite, il n’est donc pas nécessaire de s’absenter un long laps de temps pour qu’un vol soit commis dans une maison », nous explique cet inspecteur principal. « Il suffit de la quitter quelques minutes, par exemple pour faire quelques courses ou déposer les enfants à l’école pour qu’un malfrat y entre. »

Il faut donner l’impression que l’habitation est occupée en branchant une lampe ou une prise programmable, voire encore en laissant une radio allumée.

Au moment de partir fêter Noël en famille, mieux vaut adopter de bons réflexes: ainsi, fermez vos volets lorsque vous quittez votre domicile, prévenez vos voisins (pour qu’ils jettent un œil, relèvent le courrier). Ou encore laissez les lumières ou les décorations de Noël allumées pour simuler une présence. « Il faut donc donner l’impression que l’habitation est occupée en branchant une lampe ou une prise programmable, voire encore en laissant une radio allumée », conseille encore cet inspecteur principal d’une zone de police locale.

Selon les chiffres de la police fédérale, 34.510 cambriolages dans des habitations ont été enregistrés en 2020. En moyenne, sur les cinq dernières années (de 2016 à 2020), la police a comptabilisé 245 163 plaintes de ce type. Soit 49 032 cambriolages par année, ou 134 par jour. Un tiers de ces faits sont des tentatives, où les auteurs n’ont donc pas su emporter quoi que ce soit.

Si les bijoux et montres arrivent en tête des objets emportés par les malfrats, l’argent liquide, les ordinateurs et le multimédia sont de plus en plus convoités par les cambrioleurs. Arrivent ensuite les vêtements.

Parmi les suspects, 351 personnes ont pu être identifiées au cours du premier trimestre de cette année.

Les conseils de prévention à appliquer

« Il vaut toujours mieux prévenir que guérir. » L’adage bien connu est régulièrement cité par la ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden, dans le cadre des campagnes de lutte contre les vols dans les habitations. Vous pouvez, en effet, faire beaucoup de choses préventivement pour rendre la tâche difficile aux cambrioleurs. « Il s’agit souvent de petites interventions qui font vraiment une grande différence », précise un inspecteur principal d’une zone de police locale.

– Vous partez? Fermez votre porte à clé. Même si ce n’est que pour 5 minutes.

– Ne dites pas sur les réseaux sociaux que vous n’êtes pas chez vous. En quelques clics, tout le monde peut retrouver votre adresse…

– Vous avez une tablette, un ordinateur portable? Ne les laissez pas à la vue de tous.

– Donnez à tout moment une impression de présence (par exemple allumez la lumière ou la musique sur une prise programmable).

– Demandez à vos voisins de jeter un œil sur votre habitation.

– Vous voyez quelque chose de suspect? N’attendez pas et prévenez immédiatement la police au 101.

– Pensez aussi à renforcer vos portes et fenêtres. Non, ce n’est pas forcément coûteux.

– Placez un manche en bois dans le rail de votre porte coulissante.

– Installez des verrous supplémentaires.

– Optez pour des poignées de fenêtre verrouillables.

Besoin de plus d’infos? Demandez la visite de votre conseiller en prévention vol. C’est gratuit, neutre et sans engagement. Prenez rendez-vous sur conseillerenpreventionvol.be ou contactez votre zone de police locale, qui dispose d’un conseiller en prévention vol.

Les personnes âgées ciblées par les vols par ruse: 4.141 faits l’an dernier

En cette période de fin d’année, des vols par ruse sont également perpétrés, dont les auteurs ciblent prioritairement les personnes âgées. Les vols par ruse sont des délits commis dans les habitations, en présence des victimes, en utilisant des subterfuges divers. La police fédérale en a enregistrés 4.141 sur l’année dernière. Pour ce premier trimestre, 895 délits ont été constatés (contre 1.404 l’an dernier, pour la même période).

Le scénario le plus connu est celui des faux policiers. Prenez donc garde aux fausses qualités (policier, pompier, agent des Eaux ou Belgacom). Demandez au visiteur de voir sa carte de légitimation et regardez-la recto verso. Un uniforme n’est pas une preuve. Un bleu de travail, encore moins. Les démarcheurs, vendeurs professionnels ou membres d’associations caritatives sont en possession d’une accréditation du ministère dont dépend leur organisme: exigez de voir celle-ci. Au moindre doute, téléphonez à l’institution ou au numéro d’urgence de la police (101).

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages