« Nous ne voulons pas revivre l’été passé » (Zaventem)

Les membres du personnel de Brussels Airlines ont informé les passagers des raisons de leur grève.

Photo News

Une centaine de pilotes, d’hôtesses de l’air et stewards de Brussels Airlines en uniforme, ainsi que des syndicalistes se sont rassemblés lundi dans le hall d’entrée de l’aéroport de Bruxelles-National afin d’informer les passagers des raisons de leur grève, entamée à 05h00 du matin.

Le personnel et le front commun syndicalexigent à la direction de la compagnie aérienne davantage de considération concernant la charge de travail excessive, le bien-être du personnel et le respect des conventions collectives de travail.

« Nous ne voulions pas que cela aille aussi loin, mais malheureusement, il n’existe plus aucun dialogue social », a expliqué Claudia De Coster du syndicat socialiste BBTK/SETCa. « Nous avons tellement donné durant la crise du coronavirus, et nous sommes rentrés dans des régimes de travail qui ne sont pas viables dans la durée. Lorsque nous exprimons cet état des faits, ils ne veulent rien écouter », a-t-elle poursuivi.

« La demande prioritaire est que les accords conclus dans le cadre des conventions collectives de travail soient respectés et que la pression de travail excessive soit combattue », a embrayé Tim Roelandt, représentant de l’ACLVB/CGSLB.

Plusieurs problèmes seraient à l’origine de cette action de grève tels que les horaires, le manque de personnel dans certains services et l’absence d’accords sur les temps de repos dans le cadre de vols successifs. Les syndicats demandent que le bien-être du personnel redevienne une priorité.

« Il est maintenant important que des accords soient conclus pour que les gens puissent prendre leurs congés les jours où ils le demandent et certainement en ce qui concerne l’été prochain. Nous ne voulons pas revivre l’été passé, qui fut difficile », a souligné M. Roelandt.

Brussels Airlines a dû annuler 57 vols sur les 116 prévus lundi en raison de la grève.

Brussels Airlines: «Une journée difficile mais pour l’instant, ça va»

« Tout est assez calme à l’aéroport » de Bruxelles ce lundi matin, malgré la grève entamée à 05h00 par le personnel de bord de Brussels Airlines, a indiqué vers 08h00 une porte-parole de la compagnie aérienne belge.

« Nous avons dû annuler 57 vols sur les 116 prévus. Cela concerne 25% de nos passagers, soit 3.500 personnes », explique Kim Daenen, porte-parole de Brussels Airlines. Tous les voyageurs ont été tenus au courant du maintien ou non de leur vol. En cas de suppression, une alternative a été proposée, notamment via les autres compagnies de la maison mère Lufthansa. Si l’alternative ne convenait pas, un remboursement a été proposé, précise Mme Daenen.

« Les premiers vols ont bien décollé », ajoute la porte-parole, évoquant une « journée difficile mais pour l’instant, ça va ».

La grève avait été annoncée mercredi dernier et le lendemain, la direction de la compagnie aérienne avait envoyé aux syndicats une mise en demeure pour qu’ils annulent leur appel à la grève. Elle menaçait de leur faire porter le poids de l’impact financier d’une telle action, un dommage qu’elle évaluait à 2,5 millions d’euros pour l’annulation d’une centaine de vols. La démarche a suscité la colère des syndicats qui ont dénoncé « une déclaration de guerre » et une atteinte au droit de grève. Vendredi, ils indiquaient, par voie de communiqué, maintenir le mouvement de 24 heures de ce lundi.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages