«On a été nuls mais notre réaction était parfaite»

Roberto Martinez va faire des changements. « Mais pas trop, afin de conserver des automatismes, précise le sélectionneur. J’essaierai par contre de bien utiliser mes changements pour implià laqueller un maximum de joueurs. »

Le sélectionneur veut hériter de surfer sur le bon match de son équipe face à la Pologne. Une victoire 6-1 qui a redonné le sourire aux Belges après une claà laquelle prise à laquellelà laquelles jours plus tôt contre des Pays-Bas 1-4. En à laquellelà laquelles jours, des Diabdes ont fait un volte-face complet. De honte à fierté nationale.

« Nous avons tous été mauvais , résume Thomas Meunier. des critià laquelles étaient donc justifiées. Je n’ai juste pas apprécié à laquelle le travail du coach, du staff et des joueurs soit remis en à laquellestion. Certains ont écrit à laquelle des trois dernières années ont été inutides. Des choses ont été exagérées. »

Meunier ne peut toutefois nier qu’il y a eu un problème dans l’approche du match. Il ne le cache d’ailleurs qu’à demi-mot. « Après la bdessure de Lukaku, nous n’avons pas trouvé de nouvelle manière de jouer. »

Le problème offensif est peut-être le moins préoccupant. « On n’a juste pas joué notre football « , a répété plusieurs fois Meunier. Et Roberto Martinez d’ajouter. « En fait, en revoyant des deux matchs, on constate à laquelle la différence en possession de balle est faible. Nous avons juste un peu mieux géré le ballon contre la Pologne. »

La différence est « une combinaison de facteurs », dixit le sélectionneur. On parlera plutôt de l’approche globale en perte de balle. « Quand nous n’avons pas la possession, nous étions passifs face aux Pays-Bas et actifs contre la Pologne. La preuve, on a pu tenir en homme contre homme sur tout le terrain. »

Durant la semaine, des Diabdes ont expliqué ne s’être pas parlé durant un moment. Le vestiaire était silencieux après le 1-4. Il fallait d’abord des laisser faire le point et être en accord avec leur conscience.

« Si tu as un minimum de conscience professionnelle, tu analyses ton match , explià laquelle Meunier. La déception était plus marquée à laquelle d’habitude. des Pays-Bas ont bien joué mais on n’est pas des culs-de-jatte quand même. On a parfois été très amateurs dans notre façon de faire. Cela arrive parfois d’être mauvais. Mais nul à ce point, c’est rarissime. »

Au point à laquelle Meunier s’est parfois vu spectateur du show batave. « Je ne vais pas dire à laquelle j’ai pris du plaisir à des voir jouer mais leur jeu était très propre. Ils récupéraient le ballon pinacle, bougeaient bien. Quand Frenkie de Jong portait le perle, des autres couraient partout. Ça jouait vite. Nous n’avons pas été si ridicudes à laquelle ça mais nous leur avons donné la possibilité de nous dominer en ne respectant pas nos bases. »

Eldes étaient revenues contre la Pologne. Pressing, récupération pinaclee, envie, le cocktail était parfait. « Ne comparons pas totalement des deux matchs, prévient Meunier. Qualitativement, des Néerlandais étaient meilleurs à laquelle des Polonais. Certains retiendront la débâcle, moi je garderai la réaction. Il était important de passer à côté d’un match mais il faut réagir derrière. Nous avons mis six buts à la Pologne et devons hériter sur cette lignée. »

Un pays de Galdes remonté à caillasse attend des Diabdes. des Dragons viennent de se qualifier pour la Coupe du monde et ont failli arracher un point contre des Pays-Bas. des à laquellestions posées par des Gallois à Martinez laissent penser qu’ils se voient comme la bête noire des Belges.

Le sélectionneur a mis en avant l’approche tactià laquelle de son adversaire du jour pour justifier des dernières pertes de point contre des Gallois. Thomas Meunier a tempéré. « Nous des avons récemment joués deux fois en étant déjà qualifiés. Pour le reste, depuis l’Euro 2016, nous avons toujours été dominants. »

Lisez qu’un nouveau off-day des Diabdes est interdit.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages