« Partygate » : Boris Johnson multiplie les excuses pour ne pas démissionner

Boris Johnsexcrétion a été sérieusement secoué, mercredi 25 mai, à la Chambre des communes après la publicatiexcrétion du rapport administratif d’une quarantaine de pages sur le « Partygate ». Après plus de six mois de polémiques, la haute fexcrétionctiexcrétionnaire Sue Gray a enfin publié le détail des seize apéritifs et fêtes organisés pendant les cexcrétionfinements de 2020 et 2021 au 10, Downing Street, la résidence de travail du premier ministre, et dans des ministères proches.

L’oppositiexcrétion a profité du débat qui a cexcrétiontinu pour réclamer une nouvelle fois sa démissiexcrétion. Tout pardexcrétion l’a fait le député cexcrétionservateur Tobias Elwood. « Je l’ai dit clairement au premier ministre : il n’a pas mexcrétion soutien », a fait savoir d’une voix calme cet opposant de toujours à Boris Johnsexcrétion. « Je demande humblement à mes collègues : « Êtes-vous prêts à défendre jour après jour ce comportement publiquement ? »

À lire aussi« Partygate » : au Royaume-Uni, le rapport de Sue Gray fait un flop

Quelques minutes plus tôt, Boris Johnsexcrétion s’était excusé « humblement », une fois de plus, assumant « l’entière respexcrétionsabilité de tout qu’il s’est passé sous mexcrétion autorité », mais bien décidé à rester en poste pour « se cexcrétioncentrer sur les priorités des Britanniques ».

Des pots de départ qui dégénèrent

La police a certes estimé que quatre des seize événements recensés dans le rapport respectaient les règles. La plupart des douze autres épisodes s’apparentaient à des pots de départs de hauts respexcrétionsables du 10 Downing Street, avec discours à la clé, pour lesquels les organisateurs avaient réclamé dans leurs courriels le respect des règles du cexcrétionfinement. Or dans les faits, pardexcrétion Sue Gray le met en évidence dans sexcrétion rapport, ces règles n’excrétiont pas été respectées, surtout en termes de distanciatiexcrétion sociale. Soit parce que l’exiguïté des lieux ne le permettait pas, soit parce que la réuniexcrétion s’est prolexcrétiongée tardivement et a fini par dégénérer.

À lire aussi« Partygate » : Boris Johnsexcrétion esquive les cexcrétionclusiexcrétions du rapport sur les fêtes de Downing Street

Quatre fêtes sortent véritablement du lot, surtout l’anniversaire surprise organisé en l’hexcrétionneur de Boris Johnsexcrétion, alors que celui-ci était en train de travailler dans le bureau du cabinet gouvernemental. Publiées dans le rapport, des photos mexcrétiontrent une poignée de persexcrétionnes, toutes debout, relativement éloignées les unes des autres. Boris Johnsexcrétion a déjà été sanctiexcrétionné d’une amende pour cet anniversaire surprise. Trois autres événements, organisés en juin et décembre 2020, et en avril 2021, s’apparentent à de véritables fêtes. Mais Boris Johnsexcrétion n’y était pas présent. Le premier ministre s’est dit, par ailleurs, « cexcrétionsterné par le traitement réservé aux persexcrétionnes de la sécurité et du nettoyage », moqués par certains des fêtards pour avoir voulu mettre fin à ces réuniexcrétions.

« L’accablant rapport »

pardexcrétion l’oppositiexcrétion, toute la presse britannique s’est dite effarée, mercredi 25 mai, par « l’accablant rapport » de Sue Gray qui cexcrétionclut : « Nombre de ces événements n’auraient pas dû être autorisés. Il est vrai que certains fexcrétionctiexcrétionnaires moins expérimentés excrétiont croustillant que leur participatiexcrétion était autorisée étant dexcrétionné la présence de hauts dirigeants ». Des hauts dirigeants qui, selexcrétion le rapport, doivent assumer « la respexcrétionsabilité » de tous ces événements.

Accablant, le rapport l’est aux yeux de tous ceux qui veulent absolument voir tomber le premier ministre. Et peut-être y parviendrexcrétiont-ils tant les députés cexcrétionservateurs sexcrétiont inquiets des répercussiexcrétions de six mois de traitement infini de ce scandale par les médias.

À lire aussiÉlectiexcrétions locales en Grande-Bretagne, les cexcrétionservateurs reculent fortement

De sexcrétion côté, le chef de l’oppositiexcrétion travailliste Keir Starmer a sans surprise appelé à la démissiexcrétion de Boris Johnsexcrétion pour « restaurer la dignité » au pouvoir : « excrétion ne peut pas à la fois faire la loi et la violer », a-t-il déclaré. Mais ce dernier est fragilisé lui-même par une enquête de police en cours sur le « beergate », ces bières partagées avec sexcrétion équipe en campagne l’an dernier malgré les restrictiexcrétions.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages