Pauline Nagy file chez Vianney, « si t’es là, ton frère sera un peu là aussi » (vidéo) (Namur)

À la dernière minute, deux coachs ont « buzzé » Pauline Nagy. Son frère, Samuel, repart bredouille, mais aura à cœur de co-coacher sa frangine.

Samedi soir en « prime », heure de vérité pour les Marchovelettois fusionnels Pauline et Samuel Nagy. Alors que les places se réduisent dans les équipes d’Amel Bent, Marc Lavoine, Florent Pagny et Vianney, les deux ont revisité et habité deux chansons fortes du patrimoine français. Pauline a gagné à la dernière minute la confiance de Marc et Vianney, ses chouchous.

Avec Utile, chanson de Julien Clerc tellement sensée et engagée par les temps qui courent. « Le résultat de plusieurs propositions et réflexions avec l’équipe de The Voice. Eux savent aussi quelles chansons peuvent plus facilement aller chercher les coachs. Je l’appréhendais, cette chanson.  » L’important était de ne rien lâcher, jusqu’à la dernière note. « Comme les stars sont retournées, on ne peut pas voir si notre proposition leur plaît ou pas. Puis, Marc et Vianney se sont retournés. Le premier m’a dit que c’était dingue à mon âge de pouvoir passer le message d’une si grande chanson. »

À lire aussi | Pauline et Samuel Nagy, en fratrie à l’assaut de The Voice France, ce samedi soir (vidéo)

La 1re impression fut pourtant la bonne.  » J’ai choisi Vianney. Il était moins emballé que Marc mais ses yeux brillaient quand il s’est retourné. Lors des coachings, il m’a demandé de rester comme j’étais, avec ces mots prononcés à la belge. Il m’a dit que j’étais un mystère qu’il n’arrivait pas à percer.  » Les téléspectateurs retrouveront donc Pauline à la prochaine étape, les duels.

 

 

Samuel, lui, quelques minutes plus tôt, étreint par le stress, a pu faire valoir sa sensibilité mais n’a pas pu montrer toute sa puissance sur Ville de lumière de Gold. « Les coachs ont eu l’impression que je restais dans ma zone de confort mais je n’ai pas su monter dans les aigus comme je le prévoyais à la fin. « 

Reste que celui qui avait participé à The Voice Belgique il y a quatre ans, peut jouer le jeu des sept différences. « Les quatre coachs ont pris le temps de m’expliquer pourquoi ils ne s’étaient pas retournés, ils m’ont encouragé. Même si c’est loin, The Voice France est beaucoup mieux que la version belge. Il y a un autre budget, c’est plus professionnel. Là où la version de RTBF ressemble à un cours de chant XXL et sur la présence scénique, mais n’apporte pas grand-chose. »

 

 

« Ce n’est pas un échec du tout « , a dit Vianney tandis que Florent Pagny priait le jeune homme de les excuser de ne pas s’être retournés. Fan de Zazie et de chansons à texte en général, Samuel entend bien continuer son petit bonhomme de chemin avec ces instruments appris en autodidacte, « parce que les cours n’allaient pas assez vite « : piano, guitare ou ukulélé, « et une petite touche électronique, pour être dans l’air du temps. « 

À lire aussi | Le Carolo Axel Hirsoux réussit son entrée à The Voice France :  » J’ai soufflé de soulagement « 

De cette non-sélection à The Voice France, mal vécue, Samuel Najii (son nom d’artiste), a tiré Je fais semblant. Un nouveau single qui sortira le 2 avril. Mais l’aventure n’est pas finie puisqu’il peut la vivre à travers Pauline, qu’il va aider à aller le plus loin possible.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages