pétition pour remettre le pont Fraiteur à double sens (Ixelles)

Le pont Fraiteur n’est désormais plus autorisé aux automobilistes que dans le sens Ixelles-Auderghem.

Google Street View

Des conseillers communaux DéFI d’Ixelles, Watermael-Boitsfort et Auderghem réclament la réouverture à double sens du pont Fraiteur. La ministre de la Mobilité Elke Van den Brandt se défend.

Les conseillers communaux DéFI d’Auderghem, Ixelles et Watermael-Boitsfort pestent sur le réaménagement du pont Fraiteur. Ils exigent sa réouverture dans les deux sens, forts d’une pétition signée par 2.000 citoyens.

Depuis le 14 décembre 2020, cet axe franchissant le chemin de fer à hauteur du boulevard de la Plaine vers le cimetière d’Ixelles est à sens unique. Ce qui veut dire que seuls les automobilistes venant d’Ixelles peuvent l’emprunter. Les élus amarantes des trois communes concernées ont déposé une motion dans leurs conseils communaux respectifs pour « défendre les riverains des quartiers impactés ».

« La mise à sens unique du pont Fraiteur a des conséquences désastreuses. On parle de 45% de report de trafic en plus dans les quartiers résidentiels. La rue des Pêcheries est devenue une autoroute congestionnée durant les heures de pointe. Citons aussi la baisse de la vitesse commerciale du bus 17 ainsi que la dégradation accélérée des voiries et habitations. Ce sont également les commerçants du Cimetière d’Ixelles qui subissent une baisse de fréquentation », déplorent de concert Matthieu Pillois (Auderghem), Alexandra Philippe (Ixelles) et Laurent van Steensel.

Les conseillers communaux déplorent un manque de concertation. Il s’agit selon eux « d’une décision unilatérale de la majorité PS-Écolo d’Ixelles et de la ministre de la Mobilité Elke Van den Brandt (Groen) », qui se disent « pour un apaisement des quartiers mais pas au détriment d’autres quartiers ». Et d’exiger, en plus du retour au double-sens, « une étude globale de mobilité pour assurer un apaisement des différents quartiers et une réduction du trafic de transit ».

Pour le bus 71, les cyclistes, les étudiants, le quartier, « c’était nécessaire »

Du côté de la ministre bruxelloise de la mobilité Elke Van Den Brandt (Groen), on explique que la mise en sens unique du pont Fraiteur a fait gagner un temps précieux aux 500.000 passagers mensuels du bus 71, « première ligne du pays ». Ce qui profite aux populations des deux grands campus bruxellois de l’ULB et de la VUB, de part et d’autre du pont. Ils seraient ainsi 3.500 étudiants et 500 enseignants à grimper dans le 71 chaque jour.

De plus, Van den Brandt juge que « la mise à sens unique offre une amélioration du confort et de la sécurité des piétons, des PMR et des cyclistes. C’était indispensable. Sans mise à sens unique, les vélos devraient circuler dans la circulation automobile ».

Par ailleurs, la circulation au Cimetière d’Ixelles serait désormais davantage « apaisée » alors qu’elle était surtout composée d’un trafic de transit. « Dans l’avenue Maurice, le nombre de voitures a diminué de 200 en heures de pointe ».

Quant au report de trafic dans les quartiers adjacents, la Ministre concède qu’il « doit rester sur les axes structurants et ne peut causer des nuisances. Nous prenons les remarques d’Auderghem, Ixelles et Watermael-Boitsfort très au sérieux ». Suite à une réunion avec les communes le 28 octobre dernier, Bruxelles-Mobilité évalue et quantifie les nouveaux itinéraires de transit pour proposer des alternatives.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages