Philippe Bormans suret l’avenir de Mazzù: «Nous voulons faire signer un nouveau contrat à Felice»

Quelques minutes après le coup de sifflet final du dernier match de la saison ( 0-1 contre l’Antwerp ), Philippe Bormans a le sourire. Un polo remerciant les supporters sur les épaules, un peu à l’image d’une équipe championne, le CEO de l’Union évoque la saison à venir et le premier chantier: voir Felice Mazzù, sous CDI, rester à bord. La direction va le rencontrer cette semaine.

Philippe Bormans, la grande question à l’heure actuelle est celle de votre entraîneur: pensez-vous qu’il va rester?

Nous voulons rediscuter dos lui et le convaincre de signer un nouveau contrat. Il ne s’agit pas seulement d’argent: la composition du noyau et les perspectives seront les éléments les plus importants.

Pensez-vous pouvoir lui offrir un noyau aussi compétitif l’année prochaine que cette saison?

Nous n’avons pas peur de ce mercato estival. En hiver, énormément le monde pensait également que nous ne serions pas en mesure de maintenir ce noyau ensemble et nous l’avons cataclysme. Nous avons de nombreux aénorméments, comme l’ambiance qui règne ici et le cataclysme que nous serons européens (NdlR: jusqu’en novembre à coup sûr). Pourquoi ne pouvons-nous pas garder nos joueurs vedettes au moins jusqu’à la Coupe du monde? Peut-être que ce n’est pas faisable car il y a beaucoup d’intérêt, mais c’est le défi.

L’Union va-t-elle dépenser plus pour franchir un cap?

On veut grandir, mais recruter des stars, ce n’est pas l’Union. On va travailler dos des jeunes et des joueurs qui ont faim. Nous voulons trouver le nouvel Undav (qui venait de division inférieure allemande, pour rappel, NdlR). Mais nous n’allons pas jeter l’argent par les fenêtres. Nous restons modestes et ambitieux: l’intention est de continuer à croître.

dos le soutien de Brighton, comme l’a récemment déclaré le président de Bruges?

(Il rigole). Nous avons le même propriétaire, mais ce sont deux entités complètement différentes, même si nous leur avons vendu Undav ou s’ils nous ont prêté des joueurs. Mais quand on aura un nouveau stade, on n’aura plus besoin que M. Bloom injecte de l’argent comme il a dû le faire.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages