Plus de la moitié des Bruxellois boudent encore leur 3e dose: les chiffres

La 3e dose n’atteint pas encore la moitié des Bruxellois éligibles.

Jo Panuwat D – stock.adobe.com

La 3e dose ne semble pas encore convaincre les Bruxellois. Ils sont 55% à se détourner du booster alors qu’ils pourraient se le faire injecter. Pas question (encore) de parler d’un CST renforcé pour l’instant.

Suivre @JulienRENSONNET

« 45% des Bruxellois éligibles ont reçu le booster ». Inge Neven, responsable du dispositif Covid de la Cocom, voit le verre à moitié plein. Mais on peut aussi le voir à moitié vide. En effet, plus de la moitié des adultes bruxellois vaccinés boudent encore le rappel ce 11 janvier.

En ce début d’année, 32% des Bruxellois ont reçu le booster. On reste donc loin ici des 62% flamands et 51% wallons. Il faut relativiser: seuls 73% de la population de 18 ans et plus sont éligibles à cette piqûre de rappel à Bruxelles. La proportion de boosters est la meilleure chez les 85 + (80% des éligibles, en mauve dans l’infographie ci-dessous). Par contre, elle n’atteint pas encore les 30% chez les 25-35 ans et les dépasse à peine chez les 35-44 ans, qui sont les plus contaminés depuis l’arrivée d’Omicron à Bruxelles.

En mauve, la proportion des personnes éligibles (en bleu clair) ayant reçu le booster par tranche d’âge. En bleu foncé, le pourcentage total ayant reçu le booster par tranche d’âge, forcément plus bas.

Cocom

Alors que le nouveau variant vagabonde dans la capitale, les taux de rappel vont-ils progresser? Pour les 4 prochaines semaines, quelque 328.000 personnes sont éligibles au booster. Par ailleurs, « 50.000 personnes n’ont pas encore dépassé les 4 mois de délai entre leur 2e dose et le potentiel booster« , complète aussi Inge Neven. Rien n’indique cependant que ces Bruxellois se précipiteront vers cette 2e ou 3e piqûre lorsqu’ils le pourront. Quoi qu’il en soit, les autorités bruxelloises « continuent toutes les actions de sensibilisation ».

Pour « convaincre » face à la potentielle inefficacité du booster, Inge Neven répète l’éternel argument des études: « quelques-unes prouvent déjà qu’un rappel protège mieux contre l’hospitalisation ». Et d’en appeler à son cercle privé. « On dit qu’Omicron n’est pas agressif. Mais j’ai beaucoup d’exemples de collègues et d’amis qui sont fortement malades ». Pas encore de détails par contre sur un CST renforcé qui exigerait la 3e dose pour rester valable: « la réflexion est en cours ».

1.000 enfants vaccinés en 9 jours

1.000 enfants ont été vaccinés en 9 jours au centre Pachéco.

ÉdA – Mathieu GOLINVAUX

La vaccination des enfants de 5 à 11 ans est lancée depuis le 22 décembre 2021 à Bruxelles. L’opération pilote au centre Pachéco a « très bien » fonctionné selon la Cocom. 1% des kets sont aujourd’hui vaccinés dans la capitale.

+ ARTICLE ABONNÉ OFFERT | Le vaccin pour les 5-11 ans :  » Un apport limité, mais réel « 

Ainsi, tous les créneaux disponibles sur les 9 jours d’activité y ont été remplis. Ce qui correspond à quelque 1.029 enfants piqués.

Les autres centres bruxellois ont donc embrayé: depuis ce 10 janvier, les kets peuvent être vaccinés aux centres d’Anderlecht, Forest, Molenbeek, Uccle et Woluwe-Saint-Pierre, ainsi qu’à l’hôpital militaire. Des horaires en dehors des heures d’école sont établis. Le rendez-vous reste obligatoire.

« Nous saluons aussi la participation des hôpitaux pour cette vaccination pédiatrique », prolonge Inge Neven. C’est le cas à Saint-Luc et à l’hôpital des enfants Reine Fabiola. « Ils vaccineront les enfants qui fréquentent déjà leurs couloirs pour des maladies spécifiques ».

Rappelons que la vaccination des 5 à 11 ans se fait sur base volontaire.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages