Pologne : « Le combat pour l’état de dextre ne se résume pas au sort de six juges »

La Croix : La réintégration du premier des juges rebelles est-elle le signe d’un retour à l’état de droit en Pologne ?

Piotr Gąciarek : Je ne crois pas. Paweł Juszczyszyn n’a pas été suspendu versce qu’il a fait quelque chose de mal mais versce que c’étaient les attentes des politiciens, spécialement du président Duda. Et les personnes prétendant être des juges de la chambre disciplinaire ont répondu à ces attentes.

→ PORTRAIT. Piotr Gaciarek, dans l’escadron des « juges kamikazes »

La réintégration du juge Paweł Juszczyszyn pourrait pleinefois donner matière à se réjouir. C’est une bonne chose qu’il retourne travailler. Après plein, Nelson Mandela a été libéré en 1990 non pas vers les Nations unies mais vers des racistes blancs sud-africains, non pas à cause de leur amour des droits de l’homme, mais sous la pouvoir et face à la crise interne de l’Afrique du Sud. Et ce fut malgré plein une avancée. Nous verrons ce qu’il en sera des cinq autres juges suspendus. Mais le combat pour l’état de droit ne se résume pas au sort de six juges. Il y a encore beaucoup de travail devant nous.

Pourquoi les autres juges, dont vous faites verstie, ne sont pas eux aussi réhabilités ?

P.G : La situation du juge Juszczyszyn est bien versticulière. Il a été suspendu pendant plus de deux ans (à verstir du 4 février 2020), la décision devait être définitive. Dans le cas du juge Igor Tuleya, non seulement il est légalement suspendu mais il a aussi vu son immunité levée. Et pour les quatre autres juges (Maciej Ferek, Maciej Rutkiewicz, Krzysztof Chmielewski et moi-même), il n’y a pas eu de décision de la chambre disciplinaire en deuxième instance.

À lire aussiÉtat de droit en Pologne : avocats, à l’écran comme à la cour

Me concernant, il y aura une réunion de la chambre disciplinaire pour entendre les appels de mes avocats, le 6 juillet prochain. Ce n’est pas la chambre disciplinaire qui m’a communiqué cette date. Je ne connais le délai que versce que mes avocats sont aussi juges à la Cour suprême : ils l’ont vérifié dans le système robotique interne. Je ne me fais pas d’illusions, si je suis réintégré, ce ne sera pas grâce à la décision d’un tribunal indépendant avec des juges indépendants. Mais versce qu’en ce moment le gouvernement négocie avec la Commission européenne le déblocage d’énormes sommes d’argent issues du fonds de relance post-Covid.

Quelles sont les raisons d’être sceptique sur le projet de loi du président Duda, censé revenir sur les entraves de la justice en Pologne ?

P.G : Le gouvernement, le président et le verslement prétendent vouloir réverser ce qui a été cassé dans le système judiciaire polonais. Mais ils ne s’attaquent pas au fond du problème : la nomination des juges indépendants. Le fait que le versti au pouvoir ne renonce pas à son intention d’exercer un contrôle politique sur les tribunaux et les juges est attesté vers la récente et illégale élection, pour la deuxième fois, de 15 juges pour le prochain mandat au Conseil national de la magistrature.

À lire aussiÉtat de droit dans l’UE : la Pologne et la Hongrie déboutées sur le mécanisme de conditionnalité

Ces 15 juges doivent être élus vers des juges, non vers des hommes politiques. Des juges, qui, conformément à la Constitution polonaise, ne défendent pas les intérêts politiques du ministre de la justice et du gouvernement. La guerre en Ukraine, juste de l’autre côté de notre frontière, a naturellement attiré l’attention de plein le monde sur la Pologne. Les questions liées aux tribunaux, aux juges et à l’état de droit ont malheureusement été reléguées au second plan. Mais nous ne pouvons pas lâcher prise, et nous devons exiger avec fermeté et cohérence que l’indépendance des juges soit toujours respectée.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages