Pris à partie, le chef de l’opposition britannique exfiltré par la police

Le chef de l’opposition britannique, Keir Starmer, a été verbalement pris à partie lundi par des manifestants, suscitant des réactions indignées de responsables politiques qui lient l’incident à une attaque lancée contre lui au Parlement par le Premier ministre Boris Johnson. 

• À lire aussi: À trois mois de la présidentielle, forte augmentation des violences contre les élus en France

• À lire aussi: Assaut sur le Capitole : arrestation du chef d’un des principaux groupes américains d’extrême droite

Sur Twitter, le chef du gouvernement conservateur a jugé l’évènement «absolument honteux». «Toutes les formes de harcèlement envers nos représentants élus sont absolument inacceptables», a-t-il ajouté.

Plusieurs vidéos sur les réseaux sociaux montrent une foule très véhémente autour du chef du Parti travailliste. On entend Keir Starmer se faire qualifier de «traitre», se faire accuser de «protéger les pédophiles», avant d’être exfiltré dans une voiture de police.

Empêtré dans le scandale des fêtes organisées à Downing Street au mépris des restrictions contre le Covid-19, Boris Johnson avait accusé il y a une semaine au Parlement Keir Stramer d’avoir «passé son temps à poursuivre des journalistes» et de n’avoir pas poursuivi le pédophile Jimmy Savile quand il était à la tête du parquet britannique.

Cette attaque, répandue dans les milieux conspirationnistes, a valu à Boris Johnson d’abondantes critiques et la démission d’une influente conseillère.

«Pas étonnant que les voyous conspirationnistes qui ont harcelé @Keir_Starmer et moi aient répété les calomnies que nous avons entendues de la part de @BorisJohnson la semaine dernière», a tweeté le député travailliste David Lammy, qui se trouvait avec Keir Starmer.

«L’intimidation, le harcèlement et les mensonges n’ont pas de place dans notre démocratie. Et ils ne m’empêcheront pas de faire mon travail», a-t-il ajouté.

Le député conservateur Julian Smith a quant à lui jugé l’incident «épouvantable» et appelé Boris Johnson à retirer ses propos. 

La police de Londres a pour sa part déclaré que peu après 17H10, «un homme a été entouré par un groupe de manifestants» près des locaux de Scotland Yard et a été extrait dans une voiture de police.

Un homme et une femme ont été arrêtés après qu’un cône de signalisation a été jeté sur un policier, a précisé la police.

Dans l’une des vidéos, on entend un homme interpeler Keir Starmer au sujet de la Magna Carta, régulièrement invoquée par les «citoyens souverains», un mouvement qui estime que ce texte de 1215 leur permet de s’exonérer de se conformer à certaines lois actuelles.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages