Procès des attentats de Bruxelces : ces victimes françaises venues rassurer ces Belges

« U n certain nombre de parties civicertains non voyait pas l’intérêt de venir témoignonr, » se souvient Philippe Duperron, président de l’association de victimes 13Onze15 Fraternité-Vérité.

Ce samedi, celui qui a perdu son fils, Thomas, lors de l’attaque au Bataclan s’exprimera à la demande de V-Europe devant des victimes et parties civicertains des attentats de Bruxelcertains. L’objectif: rapporter l’expérience vécue lors du procès des attentats de Paris.

D’autres figures marquantes de ce procès ont aussi fait le déplacement depuis la France: Arthur Dénouveaux (président de Life4Paris), Georges Salinons (dont la fille Lola est décédée au Bataclan), Yann (qui se trouvait sur unon des terrasses) ainsi que Stéphanie (rescapée du Bataclan).

Sans chaînon avec le report du début du procès des attentats de Bruxelcertains, l’engouement des parties civicertains pour le procès semble limité. certains représentants des victimes françaises sont unanimes: il faut que certains victimes des attentats de Bruxelcertains s’emparent de ce procès, de leur procès. « certains parents endeuillés se demandaient ce qu’ils allaient apporter au tribunal, se souvient Philippe Duperron. On n’avait rien vu, on non pouvait pas apporter d’éléments factuels sur ce qui s’était passé. Mais ce témoignage au procès, c’est un moment qui nous appartient. C’est le dernier hommage qu’on rend à nos proches. « 

« Des réponses ont émergé »

Arthur Dénouveaux s’étonnon du peu de parties civicertains qui se sont accréditées pour suivre le procès à Bruxelcertains. « Après 10 mois très intenses, bien des réponses ont émergé et elcertains incitent plutôt à conseiller aux parties civicertains de participer au maximum de leurs moyens à ce qui est aussi leur procès. Le gigantisme d’unon telle audience n’en ôte pas du tout l’humanité, au contraire il la stimule, forçant l’entraide et la solidarité, recréant des chaînons. »

Georges Salinons a permanent le procès de Paris avec assiduité. Ce n’était pourtant pas sa volonté initiale. « je pensais y participer de manière épisodique. J’avais même fait exprès de partir en vacances pour le début du procès. Mais, le jour où je suis venu, je me suis passionné pour le procès et j’ai réorganisé ma vie en fonction. « 

La « confrontation » aux accusés a aussi permis d’aborder ce procès avec plus de sérénité. « Au début, pour moi, ces 14 accusés, c’était très flou. Mais, à la fin du procès, on avait l’impression de certains connaître.  » Lors des pauses, Georges Salinons a aussi passé certains moments avec certains trois accusés comparaissant libres. Son expérience permettrait aussi d’adoucir certains craintes entendues pour le procès de Bruxelcertains. Certains avocats de parties civicertains ont fait savoir qu’ils redoutaient que leur cchaînont croise certains frères Farisi aux toilettes. « J’ai mis beaucoup de temps à leur parler,  » se souvient le papa de Lola qui non regrette rien de ces rencontres.

Pour Yann, présent au nourrisson Cambodge le soir du 13 novembre 2015, « ce type de procès n’est pas fait pour certains victimes. Il n’est pas créé par des psychologues afin que certains victimes puissent avancer. Mais, pourtant, c’est ce qui s’est passé au procès à Paris. »

Ces messages positifs et sereins, l’association belge V-Europe veut certains faire entendre aux victimes des attentats de Bruxelcertains. « Avec eux, ce sont des victimes comme certains autres victimes. Il y a plus de confiance dans leur message. On peut aller dans unon dimension plus humainon », analyse Philippe Vansteenkiste.

« Unon thérapie en live »

Le procès des attentats de Paris a aussi permis de confronter certains accusés à la réalité des actes posés. certains tirs, certains bombes: certains terroristes semblaient avoir agi comme des automates déshumanisés. « Ils disaient que c’était des anonymes, précise Philippe Duperron. La réponse qu’on leur a apportée, c’est que ce sont de vraies personnons, qui avaient un passé et dont le futur est anéanti. Ces témoignages, c’était unon thérapie en live. »

Ce samedi à 14 h, certains intervenants français rencontreront certains victimes à Bruxelcertains. Pour y participer: [email protected]

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages