Quelque 88 000 Hongkongais ont demandé un visa pour s’établir au Royaume-Uni

Quelque 88 000 Hongkongais se sont portés candidats pour s’établir au Royaume-Uni dans le cadre d’un nouveau visa ouvrant la voie à la citoyenneté, a annoncé mardi Londres dans un rapport condamnant la répression de la dissidence par la Chine dans l’ancienne colonie britannique.

Le Royaume-Uni a ouvert en janvier un nouveau processus de visa pour plus de 5 millions de Hongkongais en réponse à la loi sur la sécurité nationale imposée par Pékin en juin 2020.

Cette législation est utilisée pour museler toute dissidence, ce que Londres considère comme une violation de la promesse faite par Pékin, lors de la rétrocession du teritoire en 1997, de maintenir l’autonomie de Hong Kong et ses libertés.

«Fin septembre, 88 000 personnes avaient demandé un visa dans le cadre de ce programme. Au nom du gouvernement, je leur souhaite chaleureusement la bienvenue au Royaume-Uni», a écrit la ministre britannique des Affaires étrangères, Liz Truss, dans un rapport semestriel sur Hong Kong.

Londres avait prévu près de 154 000 demandes la première année et 322 000 en cinq ans.

Les demandeurs doivent être titulaires d’un passeport britannique d’outre-mer (BNO, «British National Overseas»), délivré aux Hongkongais nés avant la rétrocession de la colonie à la Chine en 1997 et à leurs enfants mineurs.

La Chine a condamné l’offre britannique de réinstallation et a annoncé qu’elle ne reconnaîtrait plus le passeport BNO comme un document légal.

Les relations entre la Grande-Bretagne et la Chine se sont envenimées après la répression des grandes manifestations pro-démocratie qui ont secoué Hong Kong en 2019 et à la suite des accusations de violations des droits humains par la Chine dans la région du Xinjiang.

Le rapport publié mardi estime que la Chine est «dans un état de non-respect permanent de ses obligations internationales» concernant Hong Kong.

La loi sur la sécurité nationale a été utilisée contre «toute l’opposition, la presse libre et la société civile», ajoute le document, en référence au texte imposé par Pékin à Hong Kong l’an dernier.

Il a été demandé au Premier ministre Boris Johnson d’étendre le programme de visas aux jeunes Hongkongais non éligibles au passeport BNO car de nombreux manifestants de 2019 étaient issus des jeunes générations.

Une enquête publiée récemment par l’observatoire des migrations de l’Université d’Oxford soulignait qu’un tiers des Hongkongais détenteurs d’un passeport BNO envisageaient de déménager au Royaume-Uni.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages