Quels touristes dans les hôtels bruxellois pour le retour des Plaisirs d’Hiver? (Bruxelles)

En temps normal, les Plaisirs d’Hiver boostent la fréquentation des hôtels «jusqu’à 100% de taux d’occupation» durant la semaine précédant le 31 décembre. Quid en 2021?

Ville de Bruxelles

Comme les cadeaux sous le sapin, les touristes se massent généralement dans les hôtels bruxellois pour Plaisirs d’Hiver. Pour cette reprise 2021, le secteur conjugue prudence et optimisme.

Suivre @JulienRENSONNET

« Les Plaisirs d’Hiver, c’est un essentiel de la fin d’année à Bruxelles ».

Le Bourgmestre Philippe Close (PS) ne s’y trompe pas: avec le retour du marché de Noël et de sa multitude d’animations saupoudrées de neige carbonique, c’est tout le secteur du commerce et de l’horeca qui soupire de soulagement dans la capitale. Le maïeur rappelle d’ailleurs qu’à l’origine, c’est pour donner de l’air aux hôtels que l’événement est mis sur pied, « alors qu’ils avaient des problèmes d’occupation durant les congés ».

Le secteur connaît actuellement deux phénomènes contraires: beaucoup de last minute, mais aussi beaucoup d’annulations

21 ans plus tard, année sabbatique covid comprise, la mayonnaise a pris. 2019 a même marqué un taux d’occupation record. « C’est surtout lors de la semaine menant au Réveillon de Nouvel An que les hôtels travaillent le plus », pointe Rodolphe Van Weyenbergh, Secrétaire Général de la Brussels Hotels Association (BHA). « Le 31 décembre en temps normal, Bruxelles est rempli à 100% ».

Raison et incertitude empêchent de prendre des paris pour 2021. D’autant que les voyages restent compliqués. « Le secteur connaît actuellement deux phénomènes contraires: beaucoup de last minute, mais aussi beaucoup d’annulations », note Van Weyenbergh. Mais un signe d’optimisme se fait jour: « Depuis ce mois d’octobre 2021, les week-ends fonctionnent mieux que la semaine ». Décryptage: le tourisme de loisir reprend alors que le voyage d’affaires reste en rade. Vu la nature de Plaisirs d’Hiver, le secteur a donc de quoi regagner le sourire. Y compris dans le quartier européen, où l’événement se décline cette année pour compenser un peu la désertion des eurocrates.

Depuis ce mois d’octobre 2021, les week-ends fonctionnent mieux que la semaine.

Reste à savoir d’où viendront les potentiels city-trippeurs. « Sans doute des pays limitrophes », glisse le professionnel, soutenu par le Bourgmestre. « On se concentre sur la France, les Pays-Bas, le Luxembourg, l’Angleterre », détaille Close. « Mais aussi sur le tourisme intérieur ». Pour cibler ces régions, Visit Brussels se tient prêt à booster la demande par des campagnes tactiques « si un intérêt est noté grâce aux outils de mesure Google ».

Les premières offres hôtelières sont donc lancées pour cet hiver. La marge de progression est énorme. Van Weyenbergh: « En octobre, le taux d’occupation des hôtels bruxellois s’élevait à 47% pour 80% en 2019 ».

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages