Record de malades de la COVID-19 au Royaume-Uni

Le nombre de personnes infectées par la COVID-19 au Royaume-Uni a atteint un record selon des estimations publiées vendredi, jour où prend fin la gratuité des tests dans le cadre de sa stratégie pour vivre avec la pandémie. 

• À lire aussi: COVID-19 : la grogne monte à Shanghai face au confinement

• À lire aussi: Voyageurs vaccinés: fini les tests de dépistage pour entrer au Canada

• À lire aussi: Les pharmaciens peuvent désormais prescrire le Paxlovid

Sur la base d’un échantillon représentatif de la population, le Bureau national des statistiques (ONS) estime que 4,9 millions de personnes étaient atteintes par le virus la semaine dernière contre 4,3 millions la première semaine de l’année, qui constituait le précédent record dans le pays de 67 millions d’habitants.

Quelque 700 000 personnes supplémentaires sont infectées par rapport à la semaine précédente, selon cette étude, jugée plus fiable que les statistiques quotidiennes qui dépendent de la volonté ou non des malades de se faire tester et de communiquer le résultat aux autorités.

L’ONS estime qu’une personne sur 13 était atteinte par le virus en Angleterre. La proportion monte à 1 sur 12 en Écosse, tandis que le rapport est de 1 sur 14 au pays de Galles et 1 sur 15 en Irlande du Nord.

Les hospitalisations ont elles aussi augmenté par rapport à la semaine dernière, notamment chez les plus de 45 ans.

La hausse actuelle est attribuée à la propagation du sous-variant Omicron BA.2.

Le Royaume-Uni figure parmi les pays européens qui aux yeux de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont levé «trop brutalement» leurs mesures pour lutter contre la propagation du virus.

L’Écosse deviendra le 18 avril la dernière nation britannique à mettre fin à l’obligation du port du masque.

Contrairement à la dernière vague de décembre, les autorités ne montrent aucune volonté de revenir à des restrictions, la flambée actuelle se déroulant dans une relative indifférence alors que l’actualité est dominée par la chute du pouvoir d’achat et la guerre en Ukraine.

Depuis vendredi, sauf quelques exceptions, les Anglais doivent payer pour obtenir des tests de dépistage, qui étaient jusque-là disponibles gratuitement en pharmacies ou en les commandant auprès du service de santé.

Depuis le début de la pandémie, le Royaume-Uni, figurant parmi les pays les plus durement touchés, a enregistré plus de 165 300 morts du coronavirus.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages