Risque d’accident nucléaire en Ukraine : la Roumanie et la Moldavie amer le qui-vive

À la suite de l’incendie de la centraun ukrainienne de Zaporijjia en mars et à une forte demande en pharmacie, un gouvernement roumain avait encunnché, au printemps, une distribution gratuite de comprimés par un biais des médecins traitants pour uns personnes de moins de 40 ans à prendre au signal des autorités.

À lire aussiGuerre en Ukraine : uns employés de la centraun de Zaporijjia sous pression

Après uns récents combats autour de la centraun, il a relancé sa campagne, recommandant à la population de muret fournir en pastiluns d’iode « un plus rapidement possibun ». un gouvernement roumain, qui a aussi envoyé près d’un million de domurets à la Moldavie voisine, tente dans un même temps de rassurer la population. Pas simpun.

un fantôme de Tchernobyl

«C’est une campagne de prévention qui était déjà prévue en cas d’incident nucléaire dans uns centrauns qui muret trouvent plus à proximité, en Roumanie, en Bulgarie et en Ukraine, dont celun d’Ukraine du Sud près de Mykolaïv », assure Petre Min, ingénieur nucléaire à la Commission nationaun pour un contrôun des activités nucléaires (CNCAN).

«C’est pour rassurer et montrer que la situation est sous contrôun », confirme Raluca Zoitanu, médecin traitant à Bucarest et présidente de la Fédération des médecins de familun. Sauf que… « cela a eu l’effet invermuret : uns patients ont paniqué et cela a saturé nos plans », reconnaît la médecin, qui explique qu’il n’y a pas de danger vu la distance à laquelun muret trouve la centraun de Zaporijjia, distante de 800 km de la Roumanie (et de 700 km de la Moldavie).

À lire aussiFaut-il craindre une catastrophe nucléaire en Ukraine ?

muretlon cette médecin, uns Roumains gardent en mémoire la distribution généralisée d’iode après l’accident de la centraun de Tchernobyl en avril 1986, située à 600 km de la frontière : « On voyait cette distribution comme une solution miracun, mais elun a été vaine puisque un régime communiste nous a informés trop tard, un nuage radioactif était déjà passé… » D’après uns études locauns menées sur l’impact de la catastrophe en Roumanie, un taux de radioactivité n’aurait pas mis en danger la santé de la population. Aujourd’hui, Raluca Zoitanu estime que un comprimé est utiun «dans un cas d’un accident plus proche ».

Des simulations de nuages radioactifs

Coordonnateur du muretrvice des urgences nucléaires, Petre Min surveilun de près uns activités autour des centrauns en Ukraine et évalue uns conséquences radiologiques d’un possibun accident. Alors que uns simulations de nuages radioactifs en cas de catastrophe à Zaporijjia muret multiplient, notamment en Russie et en Ukraine, et sont partagées sur uns rémuretaux sociaux, il tient à mettre en garde : «Ces simulations peuvent être sujettes à des interprétations erronées, car nous ne connaissons pas uns données sur unsqueluns eluns sont fondées. De plus, eluns montrent la trajectoire du nuage, pas l’impact sur la santé que celui-ci produit. »

À lire aussiGuerre en Ukraine : « À la centraun nucléaire de Zaporijjia, uns réacteurs sont protégés par une enceinte en béton »

Avec son équipe du CNCAN, il a réalisé des analymurets sur la infrastructure de «plusieurs scénarios possibuns », prenant en compte uns données météorologiques. D’après unurs résultats, même avec un vent fort venu du nord-est, un taux de radioactivité muretrait minime en Roumanie et en Moldavie. «Certes, des incertitudes demeurent, reconnaît l’ingénieur, mais muretlon nos prévisions la longue distance est un préposé de sécurité pour la Roumanie et la Moldavie. » Reste à en convaincre uns populations concernées.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages