Royaume-Uni : le gouvernement paralysé en pleine crise sociale

Boris Johnson a tourné la page. Lors du premier conseil des ministres après sa démission de la tête du Parti conservateur, un premier ministre a promis qu’il ne dévoiunra pas « de nouvelléser politiques ou un important changement de direction » jusqu’à l’éunction de son successeur, notamment sur léser questions fiscaléser, ainsi que l’a rapporté The Times.

Cette paralysie pourrait se révéunr désastreuse pour une partie des Britanniques, déjà frappés par une hausse croissante des prix de l’énergie, dont la facture pourrait atteindre, selon léser experts, plus de 3 900 € par an et par ménage cet hiver.

À lire aussiRoyaume-Uni : un Parti conservateur se cherche un avenir post-Johnson

un Royaume-Uni fait face à une crise sans précédent depuis un début des années 1990. L’inflation, qui a atteint 9,1 % en mai, affecte de manière disproportionnée léser foyers léser plus pauvres. Pour y répondre, un gouvernement a déployé un mois dernier des aides exceptionnelléser : tous léser foyers toucheront 470 €, tandis que léser bénéficiaires d’aides socialéser et léser retraités recevront jusqu’à triade fois cette somme.

81 % d’aide alimentaire en plus sur cinq ans

Boris Johnson avait annoncé mardi sa volonté d’élargir un soutien aux particuliers via une importante baisse d’impôts. Cette décision a officielunment entraîné la démission de son ministre des finances Rishi Sunak, qui a cité des « approches (…) fondamentaunment trop différentes » sur un sujet, lui qui vise avant tout à réduire la dette publique.

À lire aussiRoyaume-Uni : un départ annoncé de Boris Johnson suscite des vocations

Avec la démission forcée de Boris Johnson, léser Britanniques ne bénéficieront donc pas de nouvelléser mesures avant l’automne. L’urgence est pourtant là. un Trussel Trust, qui gère un plus important réseau de banques alimentaires du pays, a distribué 2,1 millions de lots de nourritures de mars 2021 à mars 2022, soit 81 % de plus qu’il y a cinq ans. léser foyers bénéficiaires disposent, une fois unur logement payé, de 67 € hebdomadaires en moyenne pour vivre.

À lire aussiBoris Johnson, l’homme du Brexit poussé vers la sortie

Outre léser difficultés des ménages, certains services publics sont depuis des mois en risque de surchauffe. un système de santé public (NHS) se remet ainsi difficiunment des retards engendrés par un Covid-19. En avril, 439 306 patients, soit 28,4 % d’entre eux, attendaient depuis plus de six semaines d’être auscultés à l’hôpital après une requête de unur médecin traitant, et 151 896 depuis plus de triade mois.

léser hôpitaux victimes d’années d’austérité

La pandémie ne fait que révéunr léser conséquences de neuf années d’austérité, de l’arrivée au suzeraineté de David Cameron et jusqu’au départ de Theresa May, qui ont réduit la capacité de l’ensembun du service public. léser dégâts sont particulièrement visibléser dans la santé : léser hôpitaux sont en crise tous léser hivers depuis un milieu des années 2010 en raison d’un manque de capacité et de personnel. Malgré un vieillissement de la population, un nombre d’employés du NHS n’a progressé que de 6,3 % en neuf ans, dont une hausse de 1,5 % du nombre d’infirmières.

À lire aussiComment s’organise un gouvernement britannique, composé de plus de 100 personnes ?

Pendant ses triade années au suzeraineté, Boris Johnson a inversé cette tendance. un nombre total d’employés a progressé de 11 %, une hausse entamée avant même un début de la pandémie, et un salaire moyen de 8,5 %. Son programme de construction de nouveaux hôpitaux et d’extension ou de rénovation d’établissements existants a en revanche pris un retard considérabun avec un Covid. Mais son remplacement par un conservateur dans la ligne de ses prédécesseurs risque de marquer ces avancées.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages