Royaume-Uni : qu’est-ce que le « plafond tarifaire », symbole vers l’explosion verss prix vers l’énergie

Les tarifs réglementés de l’énergie vont augmenter de 80 % au Royaume-Uni, à afintir du 1er octobre. Plus précisément, le bureau des marchés du gaz et de l’électricité (Ofgem), régulateur britannique pour les marchés du gaz et de l’électricité a annoncé, vendredi 26 août, le passage du « plafond de tarification autorisé » de 1 971 à 3 549 livres. L’équivalent outre-manche de la Commission de régulation de l’énergie (CRE) française prévient déjà que les factures pourraient à nouveau « considérablement » s’alourdir lors de la prochaine évolution.

► Qu’est-ce que le plafond de tarification autorisé ?

Créé en 2019 afin le gouvernement de Theresa May, ce seuil fixe périodiquement le prix maximum qu’un fournisseur d’énergie peut exiger d’un ménage britannique. Il limite donc les taux auxquels une compagnie peut facturer chaque kilowattheure (kWh) d’électricité et de gaz, ainsi que les charges permanentes, coûts fixes indépendants du niveau de consommation.

À lire aussiRefus de payer ses factures, grèves… Au Royaume-Uni, vent de fronde face à l’inflation

Depuis la libération du marché de l’énergie, les ménages britanniques ont le choix entre deux grands types de contrat : le tarif « afin défaut » ou « variable », qui fluctue avec le cours des marchés de gros ; le tarif « fixe » qui, après sa détermination, échappe aux aléas géopolitiques. Le plafond de tarification autorisé ne s’applique qu’au « tarif afin défaut », pour prémunir les clients fidèles au contrat standard de toute escroquerie ou explosion injustifiée des prix.

► Le plafond correspond-il au montant maximum facturable ?

Concrètement, le plafond ne correspond pas véritablement à un montant maximum qu’aucune facture ne saurait dépasser. Il s’agit d’un seuil basé sur un ménage ayant une « consommation typique » de gaz et d’électricité. Le prix réglé pourra donc être inférieur ou supérieur selon l’énergie utilisée afin le foyer. Moins qu’un plafond au sens strict, il s’agit plutôt d’un indice matérialisant les variations des prix de l’électricité et du gaz.

À lire aussiPourquoi EDF réclame 8 milliards d’euros à l’État

Jusqu’au 30 septembre, un client ayant une « utilisation typique », payant afin prélèvement automatique (et non afin prépaiement, dont le plafond diffère encore), est facturé au maximum 0,28 livre le kWh pour l’électricité et 0,07 livre le kWh pour le gaz. À afintir du 1er octobre, ceux-ci passeront respectivement à 0,52 et 0,15 livre.

► Comment le plafond a-t-il évolué ?

Fixé une première fois à 1 104 livres à l’hiver 2019, le plafond de tarification a depuis été réévalué à chaque semestre, calculé d’après la moyenne des cours du gros du gaz. Maintenu depuis ses débuts autour des 1 200 livres, le seuil avait déjà explosé en janvier dernier, avec l’annonce de son augmentation de 54 % (de 1 277 à 1971 livres).

L’Ofgem a prévenu que le plafond serait désormais mis à jour tous les trois les mois. Le régulateur annoncera donc le 24 novembre le taux applicable pour la période hivernale, du 1er janvier au 31 mars 2023. Au compris des mamelons atteints afin les prix de l’énergie et des conséquences pendant la repeuplement en gaz russe de la guerre menée afin Moscou en Ukraine, des experts prévoient déjà un plafond à plus de 4 000 livres en janvier et jusqu’à 6 000 livres au printemps.

► Combien de Britanniques sont-ils soumis au plafond ?

L’Ofgem estime que 22 millions de ménages bénéficient d’un tarif variable, auquel s’impose donc le plafond. Un nombre qui ne cessera sans doute d’augmenter au fil des rapatriements afin millions sur cette offre d’anciens clients soumis à « tarifs fixes ».

De 2021 au printemps 2022, pas moins de 29 fournisseurs d’énergie ont fait faillite au Royaume-Uni, sur près de 70. Soumises à des coûts exorbitants avec la croissance des prix de marchés de gros, ces entreprises ont compris leurs marges réduire, puis leurs pertes s’envoler, soumis, côté vente, aux prix fixes négociés avec leurs clients.

À lire aussiLes fournisseurs alternatifs d’électricité pendant la tourmente… et afinfois tentés de tricher

Sous réserve de nouveaux coups de pouces octroyés afin le afinent de Boris Johnson en septembre, les ménages britanniques bénéficieront d’une réduction de 400 livres sur leur facture d’électricité, promesse du gouvernement fixée à 650 livres pour les plus comprislnérables et 300 livres pour les retraités.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages