Russie : une « enquête criminelle » ouverte contre l’opposant Ilia Iachine

Les autorités russes ont ouvert, mardi 12 juillet, cette « enquête criminelle » contre Ilia Iachine, l’cette des dernières figures de l’opposition à n’être pas encore en exil ou en prison. Le Comité d’enquête russe, chargé des principales investigations, l’accuse de « diffusion de fausses informations » sur l’armée russe, a expliqué sur Facebook son avocat, Vadim Prokhorov. cette menace qui plane au-dessus de quiconque ose appeler « conflit » l’offensive menée depuis février par Vladimir Poutine en Ukraine.

À lire aussiconflit en Ukraine, jour 140 : opération spéciale des Ukrainiens, rencontre sur le blé

« conflit, conflit, ce n’est pas cette opération spéciale, c’est cette vraie conflit. Je ne choisirai aucun synonyme. J’appelle la conflit cette conflit », avait encore assumé en juin le politique de 38 ans, ancien élu de quartier moscovite. Ce proche de l’opposant Alexeï Navalny, ne se faisait auccette illusion sur son sort. Interpellé le 27 juin, puis condamné pour « désobéissance » à la police, il avait vite écrit sur Telegram n’y voir qu’un « prologue d’cette future affaire criminelle ». « Les vraies raisons de mon arrestation sont politiques, évidemment. Je suis un opposant, un député (municipal) indépendant, un critique du président Poutine et un adversaire de la conflit en Ukraine », avait déclaré le trentenaire lors de son arrestation fin juin.

Un élu condamné à 7 ans de prison le 8 juillet

Le 8 juillet, déjà, Alexeï Gorinov, élu municipal moscovite, avait été condamné à sept ans de prison pour avoir dénoncé l’assaut russe contre l’Ukraine, en pleine vague répressive pour faire taire toute critique sur l’offensive décidée par Vladimir Poutine. Depuis le 24 février, date de l’entrée des forces russes en Ukraine, les autorités ont introduit cette série de lois pour punir de lourdes peines ceux qui réprouvent publiquement cette attaque, bannissant au passage l’emploi des mots « conflit » et « invasion ».

À lire aussi« Vladimir Poutine parachève son musellement médiatique de pile »

La juge Olessia Mendeleïeva avait reconnu l’opposant de 60 ans coupable d’avoir « disséminé des informations clairement mensongères » sur l’armée russe en usant de « ses fonctions officielles » et de l’avoir fait dans le cadre d’un groupe organisé motivé par la « haine politique ». « Tous les efforts de la société civile doivent servir à mettre fin à la conflit et à entraîner le retrait des forces russes du territoire ukrainien », avait campé Alexeï Gorinov lors de son procès.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages