Sabrina et Ouassim, trois policiers inculpés, “la voiture devient presque une arme, un outil meurtrier” (Bruxelles)

Les deux jeunes sont morts suite à une course-poursuite, en mai 2017.

Dans la soirée du neuf mai 2017, aux environs de la place Poelaert, une voiture de police prend en chasse une moto pour conduite dangereuse. Sur celle-ci, Sabrina (20 ans) et Ouassim (24 ans), ils seront tués par une voiture de police sur l’avenue Louise, suite à une collision avec un véhicule de la brigade canine qui faisait barrage. Ce mercredi, les deux policiers ayant entamé la course-poursuite, et celui qui a fait barrage, ont été inculpés.

“La course-poursuite était disproportionnée et la police n’aurait pas dû mettre des vies en danger pour une infraction au Code de la route passible d’une amende”, explique l’avocate Joke Callewaert, qui représente la famille de Sabrina.

“La voiture devient une arme”

Pour l’avocate, il s’agit ici “d’un premier pas, les policiers vont au moins devoir se rendre au tribunal”. Mais ce dossier est aussi, selon elle, l’occasion d’ouvrir un débat sur l’utilisation de la voiture par les forces de l’ordre. “La voiture devient presque une arme, un outil meurtrier.” La Cour Euopéenne des Droits de l’Homme aurait condamné et imposé un règlement à la Grèce au niveau des courses-poursuites, selon l’avocate. “La justice commence à se poser des questions.”

Au niveau de la famille, on parle d’une “mini-victoire” mais on reste sur l’expectative. “On ne sait pas encore si c’est de la poudre aux yeux. On espère que la justice fera son travail. On espère des sanctions sévères, parce qu’il y a des policiers qui agissent en toute impunité” explique Samira Benallal, tante de Sabrina.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages