« Saucisses », un festin de charcuterie pour tous les goûts à Bruxelles (Bruxelles)

Ces artisans bouchers produisent des saucisses aux goûts originaux, du boudin, médaillé de bronze en 2018 par la confrérie des Mangon et du pâté, dont les saveurs varient en fonction des saisons. Frais du jour, préparé minute, et de la viande de qualité, c’est le fin secret de ces délicieuses charcuteries locales.

Saucisses, c’est le nom d’une la boucherie-charcuterie imaginée par Simon Bomans, un liégeois installé à Bruxelles. Ce producteur local travaille dans son atelier de Forest avec Xavier et Ridouan.

Une ribambelle de saucisses

Les saucisses qui sont vendues sont quelque peu originales. On y trouve par exemple la Purple Rain, une saucisse au chou rouge, avec de la cassonade, du lard fermier, de la poire conférence et des oignons caramélisés. Ou encore la Blue Monday au trio de fromages bleu (roquefort, gorgonzola et danablu). Pas moins de 13 recettes différentes de saucisses sont en vente. Et parmi elles, on retrouve également les classiques comme la Saucisse de Grand-mère ou encore de Campagne.

Simon propose aussi des éditions saisonnières, comme celle du moment, la spore addict, composée d’un mélange de champignons. « Je choisis les goûts en réfléchissant en termes de couleur, de texture. C’est comme une spatialisation, ça naît dans ma tête avant de les gouter. Par exemple, la toute première que j’ai imaginé, j’en avais rêvé une nuit, mais elle n’est pas encore aboutie », confie le boucher.

Un changement de vie radical

En 2016, Simon, ancien employé dans la haute finance au Luxembourg et à Bruxelles, décide de se lancer dans sa passion et démarre des cours du soir en boucherie. Diplômé en 2019, il commence dès septembre à construire son atelier jusqu’en janvier 2020, où il reçoit sa licence en boucherie-charcuterie. « J’ai commencé en plein pendant le Covid, mais on n’a pas pu bénéficier des changements d’habitudes des gens vers le « mieux manger » parce qu’on n’était pas encore assez visibles ». Mais petit à petit, Saucisses se crée un nom dans Bruxelles.

Saucisses est aussi né de « Boudin Room », un concept de soirées filmées et diffusées sur internet dans des lieux secrets. Leur caractéristique? Un Dj et des boudins préparé en direct. Ces événements se sont arrêtés en 2019. «  »Saucisses », c’est un peu l’aboutissement de Boudin Room » », explique Simon.

Où acheter ces produits?

On peut trouver les produits de Saucisses dans des épiceries fines comme La Vivrière, Jacques le Fromager à Forest, Smala cooking et farming à Saint-Gilles, … mais aussi à La Ruche Qui Dit Oui, un peu partout dans Bruxelles. Il est également possible de commander directement sur le site en ligne. « On a aussi lancé un partenariat avec Carrefour. Vers mi-février, nos produits seront disponibles dans plusieurs supermarchés de l’enseigne à Bruxelles. Notre objectif a toujours été de faire du haut de gamme populaire, de proposer des bons produits accessibles à tout le monde », explique Simon.

Simon lance dès le 15 février des ateliers dans ses locaux pour apprendre à réaliser des saucisses, du boudin, ou du pâté. « Il y aura une introduction sur le métier de boucher, et après on cuisine ensemble la charcuterie », explique-t-il. Ils seront organisés les mercredis, jeudis, vendredis et samedis. Une fois toutes les trois semaines, Simon proposera un cours en immersion pour permettre à ceux qui le souhaitent d’avoir accès aux équipements, ingrédients, et au savoir-faire de Simon.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages