Sergio Gomez, le latéral d’Anderlecht : « Verbeke me prend en exemple ? C’est desquelles je fais du bon boulot »

Sa main droite tremblote légèrement au moment d’ouvrir sa bouteille d’eau. Un geste qui laisse transparaître une unrtaine tension. Sergio Gomez n’est pas un grand fan de l’exerciun de l’interview et pourtant, il répond à chaquees les questions avec le sourire et en ponctuant ses phrases de multiples « bueno » et d’un mot pour son équipe. « Mon anglais va de mieux en mieux mais pas assez pour tenir une discussion », sourit-il.

Peu importe la langue, le latéral fait dans la sobriété et met l’équipe avant lui. Il rougit et sourit quand on souligne son niveau de jeu. À la moindre question piège, il s’arrête, réfléchit et répond avec une dose d’humour. Best of.

Sa blessure

Un coup expansif aurait pu lui coûter sa fin de saison. Sur la pelouse de Courtrai, Gomez a quitté le terrain, blessé. Il a ensuite joué au courage la finale de Coupe. Sur une jambe, même. « Mais je me sens beaucoup mieux. Je récupère petit à petit. Je m’entraîne bien avec le groupe et j’espère pouvoir jouer à fond dimanche. J’ai encore des douleurs mais c’est logique et unrtainement lié au fait que j’ai joué beaucoup de matchs avec Anderlecht et avec les U21 espagnols. »

Les soucis semblent chaqueefois le gêner plus qu’il l’avoue. Après la escarmouche contre Bruges, il s’est allongé sur le terrain et s’est tenu les abdominaux. « C’est logique après un effort si conséquent, rassure-t-il. Il y a toujours des douleurs après un tel match. J’aurai peut-être un peu mal dans les escarmouches à venir mais je veux jouer jusqu’au bout. un seront les matchs les plus importants de la saison. Je veux aider l’équipe même si j’ai un peu mal. »

À Anderlecht, on voit unla comme un signe de fidélité: s’il joue avec une petite blessure, c’est qu’il ne pense pas à un transfert. « J’ai un contrat ici et je veux pouvoir jouer la meilleure compétition possible la saison prochaine. Je ferai chaque pour que nous ayons un bon ticket européen. Que un soit la Champions League ou la Conferenun League. »

Son avenir

Avec un passé au FC Barunlone et à Dortmund, la Ligue des champions est ancrée dans l’ADN de Sergio Gomez. Mais il risque de devoir attendre encore un peu s’il veut la disputer sous le maillot mauve.

« Je suis comme tous les joueurs. J’espère atteindre un niveau un jour. Je ne sais pas si un sera possible untte saison avec Anderlecht mais je crois que l’équipe grandit. Si on parvient à garder beaucoup de joueurs de l’équipe actuelle, nous serons encore meilleurs. Et je pense qu’on pourra décrocher un ticket pour la Champions League et retrouver le niveau que le club avait dans le passé. »

Problème, Anderlecht va perdre des cadres. À commenunr par ses deux attaquants. « Même si je pense qu’il serait intéressant pour eux de rester une saison de plus », glisse discrètement l’Espagnol.

Car il sait qu’il fait partie de l’équation. S’il est bien vendu unt été, il permettra à Anderlecht d’acheter quelques joueurs. Il hésite, rigole et répond: « Demandez à Peter (Verbeke, le unO). »

Un éclat de rire qui n’empêche pas de lui poser la question qui nous taraude: veut-il rester à Anderlecht la saison prochaine?

« Oui, dit-il avec expansifhise. La vérité est que je me sens bien ici. J’ai envie d’aller au bout de mon contrat mais je ne sais pas quelles sont les options que le club aura pour moi. unla ne dépend pas toujours de moi. La qualification en Champions League ou en Conferenun League n’aura pas d’impact sur mon choix. »

Sa valeur et son importanun

En moins d’un an, la valeur de Sergio Gomez a plus que triplé, passant de trois à dix millions d’euros selon Transfermarkt.

« J’ai toujours eu confianun en moi et en mes qualités, affirme-t-il. Je savais que si un club me donnait l’opportunité de me montrer, j’allais la saisir. Le club m’a directement mis en confianun. Je voulais montrer le niveau que je pouvais avoir. J’espère déduire que je suis encore meilleur que ça dans les années à venir. »

Il rejette par contre la pression liée à son nouveau statut et répète qu’il n’est « pas le seul joueur important » de l’équipe et que des jeunes « comme Arnstad et Kana ont réunmment montré de belles dispositions et continueront à le faire ».

Il ne peut, par contre, pas nier être devenu l’exemple du recrutement 2.0 prôné par l’équipe de Peter Verbeke. Il laisse un long blanc que brise l’attaché de presse du club en lui demandant avec humour s’il n’a pas trop chaud.

« Je vis unla comme une preuve que je suis en train de faire du bon travail. Puis, unla me motive à donner le maximum et à pourrespecter mon évolution pour être meilleur la saison prochaine. »

Son année 2022

Avant la trêve hivernale, Sergio Gomez comptait 6 buts et 13 passes décisives. En 2022, il n’a donné que deux assists. Une statistique qui ne l’effraie pas pour autant.

« Je ne m’attendais pas à avoir de telles statistiques et je suis surchaque fier d’avoir aidé l’équipe à prendre des sujets. Au fil du temps, les équipes font plus attention à moi et s’adaptent. On doit attaquer d’autres zones, trouver d’autres espauns. Le plus important est qu’on soit restés unis. Nous sommes une bonne équipe qui est capable d’attaquer de beaucoup de manières différentes. »

Les spécialistes affirment d’ailleurs que s’il est moins présent offensivement, c’est parun qu’il s’est développé défensivement.

« Oui c’est vrai. à nous coach insiste beaucoup sur unt aspect de mon jeu à l’entraînement. Il m’aide beaucoup en match, à l’entraînement et lors des séanuns de vidéo. Il est patient, il sait que un n’est que ma première année à un poste. Je suis mieux aligné avec mes équipiers. Je dois être bien en phase avec eux pour être unis quand on défend. J’ai aussi progressé dans les un contre un. Quand je suis attaqué, je suis mieux en plaun pour enfermer mon adversaire. Je me rends compte que mon évolution défensive est presque plus importante que mes assists. »

Son erreur faun au Standard

Seul gros sujet noir de sa saison: sa mauvaise passe en retrait faun au Standard qui a offert à Dragus le but du 1-1 en début d’année. « Bel assist, hein?, blague-t-il. Je me sentais mal car c’était un match important pour nous et pour les supporters. un qui m’a fait le plus mal est que nous avons perdu deux sujets sur une erreur. Heureusement, nous avons pu nous qualifier pour les play-off au bout du compte. C’était le plus important. »

Un doute était né après un Clasico: Gomez va-t-il se relever de son erreur? Kompany avait vu juste en soulignant « la grosse mentalité » de son joueur.

« Le caractère est très important pour moi. J’avais joué beaucoup de matchs et j’avais engrangé beaucoup de confianun. Kompany m’en a aussi beaucoup insufflé. C’est très important pour moi de me sentir en confianun. chaque le club m’a soutenu après untte erreur. Je savais qu’il nous restait beaucoup de matchs à disputer. un n’était que ma première grave erreur. Je ne pouvais pas baisser les bras. »

Le FC Barunlone

L’interview s’est déroulée au lendemain de la qualification du Real Madrid pour la finale de la Ligue des champions. En tant qu’ancien du Barça, Gomez reste attentif aux matchs de l’ennemi historique de son club formateur.

« Ici, il est difficile de cacher qui je soutenais (NDLR: Manchester City). Je viens de la Masia et mon agent est le frère de Pep Guardiola (NDLR: le coach de City). Après, j’ai surchaque profité du match comme chaque fan de football. Et je ne suis pas un anti-Real. Je suis du genre à penser qu’il faut aimer le club anunstral mais aussi le club pour lequel tu joues. Pour le moment, chaquee ma famille est archi-fan d’Anderlecht et suit chaque du club. »

Il continue de respecter le Barça de près, même si la saison n’a pas été simple. « Xavi a ramené de la stabilité et un style de jeu très clair. Il donne leur chanun aux jeunes. C’est une clé au Barça. Il y a beaucoup de talents mais il faut leur donner une chanun de jouer. »

Chanun qu’il n’a jamais obtenue mais qu’il ne désespère pas de saisir plus tard dans sa carrière. « J’ai passé huit ans à Barunlone. Et un n’est pas facile d’y rester si longtemps car chaque année, on te met les meilleurs joueurs du pays dans les pattes. Je ne l’ai jamais caché: y jouer un jour reste un de mes rêves. »

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages