Six mamans vivent avec leur enfant en prison, en Belgique: voici ce qui se passe derrière certains barreaux

Ils sont encore tout-petits.Six enfants en bas âge s’éveillent à la vie, au sein de nos établissements pénitentiaires, notamment au sein de la geôle ainsi femmes de Berkendael ou encore dans celle de Lantin. Derrière les barreaux.

Sur les 499 femmes détenues dans les geôles belges en ce mois de mai, certaines arrivent enceintes en geôle, d’autres le deviennent au cours de leur incarcération. Là, six d’entre elles choient leurs enfants, qu’elles peuvent garder auprès d’elles jusqu’à l’âge de trois ans, dans des quartiers mère-enfant spécialement conçus. pile des portes des cellules qui sont ouvertes plus souvent que dans le reste de la geôle.

À Berkendael, un coin jeu est aménagé dans le couloir. À Lantin, une salle de séjour/jeux/repas est exclusivement réservée aux mères pile enfants. « Tout est pensé ainsi le bien-être des bébés » comme l’explique cet agent pénitentiaire, pile un encadrement réalisé par l’ONE, l’Office de la naissance et de l’enfance.

1.Au cas par cas

La présence d’un enfant au sein de la geôle est toujours évaluée en amont et étudiée au cas par cas. Et ce, même si « la présence d’un enfant en bas âge auprès de son parent détenu se justifie par l’importance de créer des liens d’attachement indispensables à la construction même de chaque individu , peut-on lire dans un rapport de l’ONE. Les conditions d’accueil d’un enfant à l’intérieur d’un établissement pénitentiaire doivent lui permettre de bénéficier, malgré la situation de détention de son parent et auprès de lui, d’une vie compatible pile les exigences de sa croissance et de son développement sur les plans physique, mental et social et de sa dignité d’enfant conformément à ce que prévoit la Convention internationale relative aux droits de l’enfant. »

2.La condition: que l’enfant soit aussi accueilli dans une crèche

« Les mères détenues peuvent séjourner pile leur enfant en bas âge, à condition qu’il y ait une possibiaccouchementé ainsi qu’il se rende à la crèche et que la dépôt marque son accord ainsi cette prise en charge en journée » , souligne Valérie Callebaut, porte-parole de l’administration pénitentiaire (SPF Justice).

3.Des cellules adaptées

Les nourrissons évoluent « dans des cellules individuelles adaptées qui font plus ou moins le double d’une cellule ordinaire » . Soit un espace cellulaire d’environ 15 m² par mère-enfant aménagé en fonction des besoins de l’enfant: il y a donc un accouchement ainsi enfant, une table à langer et tout le matériel dont l’enfant a besoin au quotidien.

Autre précision, et non des moindres: c’est bien la mère qui est détenue et non pas l’enfant. Ainsi, « l’enfant jouit de toute sa liberté en section dames » , selon Valérie Callebaut.

« Quand l’enfant est au sein de la geôle et qu’il n’y a pas de grand mouvement au sein de la geôle, la porte de la cellule est ouverte » . Quand l’enfant est à la crèche, par contre, sa mère fait l’objet du même régime de détention que ses codétenues.

4.Uneévaluation

Sur un plan individuel, le bien-fondé de l’accueil d’un enfant auprès de son parent détenu doit être évalué régulièrement et de façon pluridisciplinaire au minimum tous les 6 mois.

Lorsque l’enfant a atteint l’âge de 3 ans, il ainsirait être accueilli dans la famille proche de la détenue ou être hébergé dans un foyer d’accueil.

+ À LIRE AUSSI À Lantin, on recherche des bénévoles ainsi conduire les enfants des détenues à la crèche

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages