Sousa Schleb a animé une parade culturelle miraculeuse (Sombreffe)

Les musiciens du Sousa Schleb ont affronté le froid sombreffois pour quelques spectateurs itinérants.

ÉdA

Comme par magie, après qu’une vingtaine de Sombreffois ont bravé le vent et la pluie en soutien au monde culturel, une éclaircie est apparue.

Ce mardi, la commune de Sombreffe et ses villages de Boignée, Tongrinne et Ligny ont vibré au son du Sousa Schleb, un groupe de musique jazz-blues New Orleans. Les artistes namurois Raphaël D’Agostino (chanteur-batteur) et Sébastien Waellens (joueur de sousaphone, sorte de tuba-contrebasse) ont interprété quelques-uns de leurs morceaux, à bord d’un char de Noël offert par un agriculteur sombreffois. Malgré le froid et la pluie battante, le duo a animé une parade qui a traversé les villages de l’entité et s’est arrêtée sur ses différentes places, entre 16h et 18h.

 

Une heure après, la culture renaissait

 

À l’initiative de cet événement? L’ASBL Créateurs de Moments, qui avait à cœur de soutenir le monde de la culture à travers une manifestation originale et festive. « Suite à la décision du gouvernement de fermer à nouveau les théâtres et les cinémas pour lutter contre le virus, nous avons mis en place ce petit rassemblement », expliquait Thomas Merveille, président de l’ASBL. « La culture est publique et n’appartient pas aux politiques. Elle fait partie de nos vies. On ne peut pas nous l’enlever. » Dans le respect des normes sanitaires, une vingtaine de citoyens s’étaient réunis pour former un cortège de voitures derrière le char du Sousa Schleb. « Nous avons reçu le soutien de la commune », ajoute Thomas Merveille. « Pour autant, nous n’avons pas eu d’autorisation officielle, car la Ville est soumise à des règles. Mais nous ne voulions pas rentrer en conflit avec nos autorités, qui ne sont nullement responsables des nouvelles mesures destinées aux lieux culturels. »

Si la parade s’est clôturée aux alentours de 18h, la batterie et le sousaphone du Sousa Schleb ont résonné jusqu’à Bruxelles. Peu après la manifestation, le Conseil d’État donnait raison au recours du producteur Mathieu Pinte, qui avait demandé la suspension de l’arrêté royal ordonnant la fermeture des salles de spectacle. Cela signifiait dans un premier temps que les théâtres pouvaient rouvrir. Le déconfinement des cinémas ayant été confirmé quelques heures plus tard.

De quoi soulager un peu les artistes, dont les membres du Sousa Schleb, pour qui cette période reste néanmoins compliquée. « Depuis le début de la crise, on nous rabroue. On nous a parfois interdit de jouer parce que nous n’étions pas vaccinés! Cette logique est tout à fait inacceptable. Du coup, il nous est déjà arrivé d’orchestrer quelques concerts clandestins », témoigne Sébastien Waellens.

Les quatre membres de l’ASBL Créateurs de Moments, organisant des événements culturels à Sombreffe, ont aussi dû revoir certains de leurs plans. « Les 18 et 19 décembre, devait se tenir notre week-end de spectacles pour enfants, qu’on a finalement décidé de reporter », indique Thomas Merveille. « Et nous espérons maintenir notre festival ‘Besoin d’a (i)rt!’ à l’été 2022. Ce rendez-vous avait connu un joli succès en août dernier, avec 800 spectateurs au compteur. »

Le Sousa Schleb: www.le-sousa-schleb.be (ou www.raphaeldagostinomusic.be pour découvrir leurs prestations)

Besoin d’a (i)rt!: www.besoindart.be

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages