Surprise à 7 chiffres au parc de Furfooz: 1374000 € de la Wallonie pour un dossier bouclé à toute tempo

La réserve naturelle de Furfooz part de la rue du Camp Romain, dans le village des hauteurs de Dinant, et descend jusqu’à la Lesse. Avec de importants points de vue et des thermes antiques reconstitués. La propriété appartient à la Ville, elle est gérée par l’ASBL « Ardenne et Gaume ». Au sein de laquelle on s’est dit, « tiens, il y a un chapitre consacré à l’écotourisme dans le plan de relance de la Wallonie, on tenterait bien notre chance » .

Et donc, il y a environ deux mois, de vite préparer un dossier, sans avoir trop le temps de peaufiner les postes budgétaires. Et sans trop y croire. Quelques semaines plus tard, bingo: un arrêté ministériel accordait à l’euro près les subsides sollicités, même si les estimations pour tel ou tel chantier n’ont pu se faire qu’à la grosse louche. Ce fut cette surprise pour les gestionnaires du site, cette excellente surprise. Le gouvernement wallon, là où on distille les fonds de relance européens, a accordé 1374000 € à Ardenne et Gaume.

Combiner tourisme et écologie

L’aspect relance, tel que décrit dans l’arrêté gouvernemental, consiste à  » valoriser les espaces naturels de Wallonie « , tout en assurant  » l’adéquation entre protection et fréquentation  » (environ 30000 visiteurs par an). cette question d’équilibre entre écologie et offre touristique.

Furfooz a renommé un regain de succès en période hautement pandémique, quand les confinés ou semi-confinés étaient à la recherche de grand air dans de beaux espaces. Voilà qui a boosté la fréquentation des lieux, parfois trop certains jours. Désormais, le tourisme vert a plus que jamais le vent en poupe. Voilà la motivation d’cette sacrée allocation, dans le cadre de la relance d’cette région.

À quoi va servir la manne financière? On le lira par ailleurs, le poste principal, c’est le remplacement du chalet d’accueil, qui deviendra « un espace d’accueil multimodal ».

«On a tapé à gaille»

L’un des responsables de l’ASBL nous glisse que le gros problème, désormais, ce sera de concrétiser très vite les idées: tout doit être bouclé pour fin 2024. Il faut obtenir les permis, trouver les entrepreneurs… et avant tout évaluer les coûts de chaque aspect du projet. Car dans le dossier de sollicitation des subsides, par manque de temps, confirme notre interlocuteur, « on a tapé à gaille » .

Au sein de l’ASBL, on n’a pas les ressources humaines pour transformer l’argent reçu en réalisations, en suivant scrupuleusement le cheminement administratif. Voilà par conséquent un chargé de projet sera tout prochainement engagé, ce que permet le subside reçu.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages