suspension du prononcé accordée à un militaire (Namur)

Les faits s’étaient déroulés le 28 octobre 2018 dans la caserne de Flawinne.

EdA

La cour d’appel de Liège a accordé jeudi le bénéfice de la suspension du prononcé pour une durée de 5 ans à un militaire qui avait commis des faits de vols au préjudice d’autres militaires alors qu’il était caserné à Flawinne.

Un autre militaire, initialement suspecté d’avoir été son complice, a été acquitté.

Les faits s’étaient déroulés le 28 octobre 2018, alors que les deux militaires poursuivis étaient de garde. Durant la nuit, un sous-officier avait aperçu les faisceaux de lampes frontales dans un vestiaire. Il y avait surpris les deux prévenus, occupés à fouiller l’endroit.

C’est dans ce vestiaire réservé à d’autres militaires que des chargeurs vides, une arme d’air-soft, deux poignards, un sac à dos et d’autres objets avaient été dérobés.

Le principal prévenu avait reconnu les faits. Il avait admis avoir trouvé une clé du vestiaire et procédé à un vol en deux phases. C’est lors de la seconde phase, alors qu’il avait déjà ramené dans sa chambre des objets volés lors de la première, qu’il avait été surpris.

La cour l’a déclaré coupable d’avoir commis ces faits de vol. Déjà sanctionné par la Défense, il a bénéficié de la suspension du prononcé pour une durée de 5 ans.

Le second prévenu, surpris sur les lieux des faits par un sous-officier, était suspecté d’avoir apporté son aide, mais il affirmait s’être retrouvé au mauvais endroit et au mauvais moment, sans être lié au vol. La cour l’a acquitté des faits.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages