Témoignage d’une infirmière namuroise: « Une 5e vague, ce serait le coup de grâce »

Infirmière aux soins intensifs dans un hôpital de la province de Namur, elle témoigne sous le couvert de l’anonymat de la situation en interne. Avec 25% du personnel manquant, c’est de plus en plus tendu. Si un plan catastrophe devait être déclenché pour d’autres interventions, ce serait… la catastrophe.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages