Trois poulaillers bios en projet à Senzeilles (Cerfontaine)

Sur un terrain accessible par le chemin de Brémont à Senzeilles, Sébastien Mouchette et son épouse veulent créer un poulailler bio de 12 200 poulets.

Un an après l’octroi d’un permis unique pour la création d’un poulailler industriel de 39 600 poulets de chair à Senzeilles (NDLR: un permis attaqué par un groupe de riverains devant le conseil d’État), la commune de Cerfontaine est saisie d’une nouvelle demande d’exploitation pour le même village: elle émane du frère du précédent porteur de projet, Vincent Mouchette. En l’espèce, Sébastien Mouchette est associé à son épouse. Tous deux souhaitent aménager trois unités de production bio sur des terrains du chemin de Brémont, qui prolonge la rue de la Chapelotte. Nous sommes à 400 mètres des premières habitations. Les trois poulaillers auraient une capacité totale de 12 200 poulets élevés sur paille, avec accès à l’extérieur, l’infrastructure développerait plus de 1500 mètres carrés de constructions (hangars, citernes, silos, équipements). Il est aussi question du forage d’un puits pour alimenter les installations.

Une concentration d’activités qui inquiète des habitants dans les rues du Pont Rouge, Chapelotte et Culot-Massin exposées aux vents dominants.

Enquête publique jusqu’au 17 janvier

L’enquête publique a démarré ce lundi 3 janvier, elle sera clôturée le 17 janvier à 14 h. « Cette fois, la commune a bien pris la mesure du dossier, l’information a été organisée comme il se doit », note un opposant au projet. « Pour le poulailler industriel de Vincent Mouchette, l’affichage s’était avéré insuffisant, aucune présentation ni annonce officielle n’en avait été faite.  » Comme l’explique le bourgmestre MR Christophe Bombled, « nous avons voulu aller au-delà des prescrits de l’urbanisme pour donner à l’ensemble de la population concernée l’occasion de réagir. Ainsi l’affichage a-t-il débuté le 22 décembre dernier, dix jours avant le démarrage de l’enquête. Nous avons veillé à placer plusieurs panneaux dans le périmètre afin de donner la plus grande publicité et transparence à la procédure. « 

Le dossier sera mis à l’ordre du jour du collège communal du 24 janvier. « Avec mes collègues, nous avons l’opportunité d’émettre un avis avant l’envoi des pièces et éventuelles réclamations aux fonctionnaires délégué et technique, appelés à instruire la demande. Nous avons l’intention de le faire. » La décision d’octroi ou de refus devrait tomber au printemps. Des recours pourront alors être introduits auprès des ministres wallons de tutelle, Willy Borsus (Économie et Urbanisme) et Céline Tellier (Environnement). En cas de contestation et pour autant qu’il y ait un vice de forme, le conseil d’État pourrait être appelé à devoir statuer sur la validité des actes. Il ne l’a pas encore fait pour le permis du poulailler industriel: l’affaire suit son cours.

La demande de permis unique suscite l’inquiétude

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages