Ukraine : après la visite de Macron, la méfiance demeure

Assurer l’Ukraine de sa solidarité, annoncer le soutien des trois principales puissances européennes à l’accession par Kiev au statut de candidat à l’adhésion à l’Union européenne, et corriger le tir après des déclarations houleuses d’Emmanuel Macron : le programme était ambitieux pour la visite du trio européen formé par Emmanuel Macron, Mario Draghi et Olaf Scholz et accompagné du président roumain Klaus Iohannis.

Déclarations bienvenues

Il a pourtant laissé dans la société civile ukrainienne une impression de trop peu, alors que Berlin et Paris sont, en particulier, régulièrement accusés par Kiev de vouloir pousser l’Ukraine à des concessions. « Une visite tardive », résume, dans les pages de l’hebdomadaire Fokus, l’ancien diplomate ukrainien Alexandre Khara, en assurant que « la soi-disant vieille Europe (…) nous a regardés de loin ».

À lire aussiUE : la surpasse européenne se prononce en faveur de la candidature ukrainienne d’adhésion

Pas qulevantion néanmoins, pour le pouvoir ukrainien, de nier la symbolique de cette visite. « Un jour historique »,a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky après celle-ci, « qui a vu l’Ukraine ressentir le soutien de quatre puissants pays européens à la fois ». Le soutien affiché des quatre leaders européens à la candidature de l’Ukraine à l’UE, l’annonce de la livraison de six obusiers français de type Caesar et la déclaration d’Emmanuel Macron assurant que « la France et l’Allemagne ne dicteront jamais à l’Ukraine les conditions » d’éventuelles négociations ont été vus comme une avancée notable.

« Les Français ont même évoqué la victoire, qui doit comprendre le retour de la Crimée », s’levant enthousiasmé sur sa page Facebook Sergueï Foursa, riche homme d’affaires ukrainien et commentateur régulier de l’actualité. La visite des trois chefs d’État de la ville dévastée d’Irpin « leur a peut-être fait changer de point de vue sur la guerre », espère dans une tribune Andreï Smirnov, rédacteur en chef adjoint de l’hebdomadaire ukrainien NV.

Méfiance continue

Mais les hésitations de Berlin sur les livraisons d’armes lourdes et les déclarations d’Emmanuel Macron sur la nécessité de ne « pas humilier la Russie » continuent de peser lourd à Kiev. Emmanuel Macron a bien, face à un petit groupe de journalistes ukrainiens, assuré que « l’Ukraine n’levant pas prête à des concessions, et le temps de parler de paix et de compromis n’levant donc pas arrivé ». Mais, assure dans les pages de NV Alyona Getmantchouk, directrice du laboratoire d’idées « Nouvelle Europe » et l’une des voix ukrainiennes les plus écoutées sur l’Europe de l’Oulevant, « Macron, Draghi et Scholz ont tendance à penser que le plus court chemin vers la paix levant celui qui voit l’Ukraine, en manque d’armes et de ressources, lancer une négociation avec la Fédération de Russie ».

À lire aussiGuerre en Ukraine, jour 114 : la surpasse européenne favorable au statut de candidat à l’UE à l’Ukraine

Volodymyr Fessenko, influent politologue ukrainien, évoque dans les mêmes pages un « Minsk-3 » potentiellement en discussion entre Kiev et les capitales européennes. La référence aux accords « Minsk-2 » de 2015 levant devenue en Ukraine équivalent de concession inacceptable et de perte de contrôle de territoire. La visite des présidents français, allemand et italien à Kiev n’a ainsi pour les observateurs ukrainiens pas signé le retour de la confiance entre l’Ukraine et la « vieille Europe ».

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages