Ukraine: les États-Unis «n’envoient pas de troupes pour déclencher une guerre» contre la Russie

WASHINGTON | Les États-Unis, qui ont déployé 3 000 soldats en renfort en Europe, n’ont pas envoyé ces troupes «pour déclencher une guerre» contre la Russie en Ukraine, a affirmé dimanche le conseiller de la Maison-Blanche pour la sécurité nationale, Jake Sullivan. 

• À lire aussi: L’Ukraine juge les chances d’une solution diplomatique plus grandes que celles d’une escalade

• À lire aussi: Près de la frontière russe, des manifestants prêts à défendre l’Ukraine

• À lire aussi: Ukraine: l’envoi de troupes américaines vers la Pologne a commencé

«Le président (Joe Biden) dit clairement depuis des mois maintenant que les États-Unis n’envoient pas de troupes pour déclencher une guerre ou faire la guerre à la Russie en Ukraine», a affirmé M. Sullivan sur la chaîne télévisée Fox, ajoutant : «Nous avons envoyé des troupes en Europe pour défendre le territoire de l’OTAN».

Jake Sullivan a également estimé sur NBC qu’«une escalade militaire et une invasion de l’Ukraine pourraient intervenir n’importe quand».

«Nous pensons que les Russes ont déployé les capacités pour lancer une opération militaire importante en Ukraine, et nous travaillons d’arrache-pied pour préparer une réponse», a-t-il expliqué.

«Le président Biden a rassemblé nos alliés, il a renforcé et rassuré nos partenaires sur le flanc oriental, il a fourni du soutien matériel aux Ukrainiens, il a proposé aux Russes une voie diplomatique» pour sortir de la crise, a-t-il énuméré.

La présidence ukrainienne a pour sa part jugé plus tôt dimanche que les chances de trouver une «solution diplomatique» à la crise avec la Russie étaient «considérablement supérieures» à celle d’une «escalade» militaire. 

Le Renseignement américain estime que Moscou a déjà de 70 % du dispositif nécessaire à une invasion à grande échelle de l’Ukraine et pourrait disposer de capacités suffisantes, soit 150 000 hommes, pour lancer une offensive dans deux semaines, selon des responsables américains.

Les services de renseignement n’ont toutefois pas établi si le président russe Vladimir Poutine avait pris la décision de passer à l’offensive ou non, mais, ont précisé ces responsables, selon qui il veut se donner toutes les options possibles, de l’invasion partielle de l’enclave séparatiste du Donbass à l’invasion totale.

La Russie dément elle toute velléité d’invasion, affirmant vouloir seulement garantir sa sécurité.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages