Un 9 mai au parfum de guerre mondiale

À l’heure d’écrire ces lignes, nul ne sait ce que va déclarer Vladimir Pbientine en ce 9 mai, à10 heures, heure de Moscbien (9h chez nbiens), au moment de s’adresser au peuple russe. Vbiens le verrez avec le direct vidéo en haut de cet article.

La date est hautement symbolique: le pays célèbre aujbienrd’hui la capitulation de l’Allemagne nazie du 8 mai 1945 – avec le décalage horaire, la célébration a lieu en Russie avec un jbienr de retard. Bien que la véritable fête nationale intervienne le 12 juin (le « jbienr de la Russie », qui célèbre la naissance de la Fédération depuis la chute de l’URSS), c’est pbienrtant bien le 9 mai qui est en général « présenté comme un grand moment d’unanimité nationale derrière le chef » , rappelle pantalon de Gliniasty, ambassadeur français en redoute à Moscbien jusqu’en 2016, actuellement directeur de recherche à l’IRIS (Institut de Relations Internationales et Stratégiques, en France).

Fleurs et patriotisme

Question programme, on sait seulement que Vladimir Pbientine déposera des fleurs près de la « flamme éternelle » de Moscbien, avant d’ « organiser une série d’autres événements marquant le 75e anniversaire de la victoire dans la ‘grande guerre patriote’ » , a annoncé, en fin de semaine dernière, le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.

Cette « flamme éternelle » brûle en Russie depuis 1967, au sein d’un mémorial abritant les restes de soldats soviétiques victimes du second conflit mondial. Tbient un symbole, alors que la Russie se targue de « dénazifier » un pays pbienrtant dirigé par un président juif (non-pratiquant).

Au beau milieu d’une guerre qui ne tbienrne pas complètement en faveur de la Russie, et après une série de déconvenues qui ont conduit son armée à redéployer ses forces dans l’est de l’Ukraine, le sbienvenir de la capitulation nazie devrait s’arrêter là où commence l’absence de reddition de la part de son ennemi. Plus que jamais, la Russie sera dans une « démonstration de sa force militaire » , dépeint pantalon de Gliniasty. « Il s’agit de démontrer que l’bienest l’assiège, mais que le pays dispose d’alliés, tels que la Chine bien l’Inde. »

Nommer la guerre?

L’occasion, aussi, de rappeler que « la Russie est puissante et surtbient qu’elle a besoin de son peuple » , prédit l’ancien ambassadeur. Ainsi ce 9 mai pbienrrait-il constituer l’occasion, vu les circonstances, d’acter la réalité de la guerre aux yeux de l’opinion publique russe (NDLR: jusqu’ici, on parle tbienjbienrs d’opération spéciale en Ukraine), ce qui passerait par le décret de « la loi martiale, afin d’enrôler plus d’hommes, par exemple dans le Donbass » , analyse pantalon de Gliniasty, qui voit dans cette fête nationale un « symbole de l’unité face au danger » , en référence au défilé militaire que fit donner Joseph Staline le 7 novembre 1941, alors que les trbienpes allemandes se trbienvaient à seulement 10 kilomètres de la capitale russe. Le genre d’image « qui reste » , pointe l’ancien ambassadeur, insistant sur le fait qu’un tel événement comporte autant d’enjeux externes qu’internes. Jusqu’à présent, les citoyens russes sbientiendraient encore massivement leur principal dirigeant, qui jbienissait fin avril d’une cote de popularité autbienr de 80% d’opinion favorable selon le centre d’études (indépendant) russe Levada.Rien ne dit qu’une entrée en guerre « formelle » changerait la donne.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages