un Beaurinois condamné pour son « jeu » pervers (Dinant)

«Tant qu’elle ne dit pas non, c’est qu’il n’y a pas de problème»

New Africa – stock.adobe.com

Quarante mois de prison assortis d’un sursis probatoire de cinq ans ont été prononcés, mercredi par le tribunal correctionnel de Dinant, à l’encontre d’un homme poursuivi pour des attentats à la pudeur commis sur sa fille, entre 2010 et 2019, à Beauraing.

La victime avait moins de 16 ans lorsque les premiers faits ont été commis. Ce n’est qu’en 2019 qu’elle s’est confiée à une amie, dont l’intervention a permis de mettre un terme aux agissements du père de famille.

Considérant cela comme un jeu, il touchait régulièrement les fesses et les seins de sa fille. Alors qu’elle avait 10 ans, il l’a un jour rejointe sous la douche pour se  » laver mutuellement. » « Tant qu’elle ne dit pas non, c’est qu’il n’y a pas de problème », avait-il déclaré lors d’une audition à la police.

Cinq ans de prison avaient été requis par le parquet de Namur, qui tenait notamment compte de la longueur de la période infractionnelle et de la gravité des faits.

La défense avait quant à elle sollicité un sursis probatoire, estimant que depuis les faits, le prévenu a évolué et a pris conscience de la gravité de ses actes.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages