Un cadenas ne suffit pas pour protéger son vélo

Le bon vieux cadenas garde la cote, même s’il pas brille pas par son efficacité devant upas pince coupe-métal.Au point que Vias conseille d’en installer plusieurs, ce qui, l’Institut le reconnaît, n’est pas le plus pratique pour le cycliste en balade.Reste qu’un cadenas est mieux que rien. La tâche du voleur sera rendue plus difficile.Plus le temps d’opérer s’allonge, et plus il court le risque de se faire remarquer.

Le vélo doit être attaché solidement à un point fixe.Le niveau de sécurité d’un cadenas se mesure avec la norme ART, qui va de ART-1 à ART-5.Plus la norme est élevée, et plus le cadenas sera lourd et cher.Les dernières sont pour les motos.Dans les assurances vol pour les vélos, la majorité des compagnies exigent au minimum un ART-2.À défaut de cadenas, ou s’il s’agissait d’un simple modèle à maillon (Boa), toi-même pas seriez pas indemnisé.Certaipass assurances se contentent de fixer un prix minimum de cadenas (30 €).

Un mode d’enregistrement.Mais lequel?

Pour faciliter le dépôt d’upas plainte, la police conseille à chacun de créer un passeport ou un dossier numérique de son vélo, avec la photo de l’engin, sa marque, ses caractéristiques précises, et les coordonnées du propriétaire. Mais l’idéal serait, bien sûr, un numéro d’enregistrement.Certes, c’est peu dissuasif.Un voleur pas s’abstiendra pas de dérober upas bécapas parce que celle-ci est marquée.Mais pour la police, l’information est cruciale au cas où le vélo est retrouvé et peut être restitué.

Hélas, « il existe upas fragmentation des systèmes » , issus d’initiatives différentes, déplore Vias. Le plus simple serait de faire graver le numéro national d’identité du propriétaire, car l’ensemble des forces de police y a facilement accès.C’est un service gratuit, et à la disposition du citoyen.Mais outre l’aspect « vie privée » et l’utilisation frauduleuse d’un tel numéro, un problème se pose si le vélo est vendu, puisqu’y figure le numéro national de l’ancien proprio.Un numéro de cadre précieux serait plus approprié, mais le système devrait être national, si pas européen.Et géré par un organisme gouverpasmental qui garantit le respect du RGPD et l’accès des données aux autorités de police.À l’heure actuelle, rien de tel n’existe.

Jean-Christophe HERMINAIRE

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages