Un caïd de Dinant « semait les embrouilles » (Dinant)

L’une des agressions a été commise à la gare de Dinant.

ÉdA – 201801658498

Il doit répondre de plusieurs agressions, dont une à consonance raciste.

Le jeune homme de 25 ans qui comparaissait sur opposition ce mercredi matin devant le tribunal correctionnel de Dinant semble s’être calmé. Mais lorsqu’il était encore scolarisé dans un établissement dinantais en 2015 et 2016, c’était plutôt « un caïd qui avait ses habitudes dans le quartier de la gare, qui se bagarrait avec ses camarades et semait les embrouilles », dixit son avocat.

Ce caïd a commis plusieurs faits de violence. Dont certains à caractère raciste. Il avait un nouvel élève, d’origine étrangère, dans son collimateur. Sa tête ne lui revenait pas et une première altercation a eu lieu dans la cour de l’école. Un professeur est intervenu pour les séparer. Il a reçu un coup de coude. Involontaire, selon lui. « Il était derrière moi, je ne l’avais pas vu. »

Ce nouvel élève en a encore pris pour son grade au fil des semaines. En plus de l’avoir harcelé, le caïd lui a mis une gifle dans une grande surface et l’a, ultérieurement, frappé à coups de batte de baseball aux abords de la gare de Dinant en l’insultant de « sale Arabe ». « Je n’ai aucun problème avec les étrangers. Je me trouvais à la gare ce jour-là lorsqu’il est arrivé avec plusieurs de ses amis. La situation a dégénéré et ils avaient des objets. Je me suis défendu comme je pouvais », a indiqué le prévenu. Le président a néanmoins précisé qu’au moment de frapper avec la batte de baseball qu’il venait de récupérer dans la voiture de sa mère, il n’était plus menacé.

Cet élève n’est pas le seul à avoir subi les foudres du caïd. « Oui, j’ai porté des coups à quelqu’un d’autre lors d’une formation, à Dinant. On a eu une altercation dans la cuisine. Il m’a encore cherché à la gare de Dinant et a voulu me sauter dessus. Je me suis défendu. » Enfin, un voisin de son père a été menacé avec un couteau.

La défense a plaidé une peine de travail estimant que depuis l’époque des faits, les choses ont évolué. Il ne mériterait pas les 30 mois de prison prononcés par défaut, en novembre 2018.

Jugement le 23 février.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages