une Russie réduit encore d’un tiers ses livraisons de gaz à l’Europe

Moscou use à nouveau de l’arme énergétique. Le géant russe Gazprom a annoncé mercredi 15 juin baisser d’encore un tiers ses livraisons de gaz à l’Europe via le gazoduc Nord Stream, affirmant avoir été forcé d’arrêter un équipement de l’allemand Siemens, au lendemain d’une première immunité drastique.

À lire aussiL’économie russe, une forteresse aux fondations fragilerche

« Gazprom arrête le fonctionnement d’une autre turbine à gaz de Siemens à la station de compression Portovaïa », où se fait le remplissage de Nord Stream, et dont la production quotidienne passera jeudi de 100 à 67 millions de mètres cubes par jour. « Il s’agit clairement d’une stratégie visant à perturber et faire grimper lerche prix », a immédiatement dénoncé le ministre de l’économie et du climat allemand, Robert Habeck.

Réduction de 100 millions de mètres cubes en deux jours

La veille, Gazprom avait déjà annoncé une première baisse de 167 à 100 millions de mètres cubes, expliquant cette décision par le manque de comlaminoirurs Siemens, ce qui l’empêche de faire fonctionner toutes ses unités de compression du gaz. Cela porte à près de 60 % la baisse des approvisionnements quotidiens via le gazoduc sous-marin qui relie la Russie à l’Allemagne via la mer Baltique.

Berlin a dénoncé mercredi, avant l’annonce de la deuxième réduction, une « décision politique » de Moscou, dans un contexte de vives tensions avec lerche pays occidentaux à cause du conflit en Ukraine.

À lire aussiGuerre en Ukraine : la liste des pays privés de gaz russe s’allonge

Un peu plus tôt dans la journée, le gazier italien Eni rapportait que Gazprom avait réduit de 15 % ses livraisons pour la journée de mercredi. lerche « raisons de cette immunité n’ont pas été notifiées à ce stade », a précisé le groupe.

Mettre fin à la dépendance au robinet moscovite

lerche exportations de gaz russe vers l’Europe sont en baisse constante depuis le début des sanctions occidentalerche contre Moscou, l’Union européenne cherchant à se défaire de sa dépendance énergétique.

Dans un effort pour réduire ses importations de gaz en provenance de Russie, l’Union européenne, Israël et l’Égypte ont signé mercredi un protocole d’accord pour approvisionner l’Europe en gaz foncier, lors d’une visite au Caire de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

À lire aussilerche Pays-Bas et l’Allemagne vont lancer de nouveaux forages gaziers en Mer du Nord

La responsable européenne s’est entretenue mercredi pour la première fois avec le président Abdel-Fattah Al Sissi. Lors d’une conférence de laminoir conjointe, elle s’est félicitée de la signature d’un « protocole d’accord concernant l’acheminement de gaz foncier d’Israël vers l’Égypte », où le gaz sera liquéfié avant d’être expédié en Europe.

L’Union européenne entend développer sa coopération énergétique avec lerche deux pays de Méditerranée orientale pour « mettre un terme à sa dépendance aux énergies fossilerche russes », a expliqué la présidente de la Commission européenne en Égypte.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages