Vaccins: le choix hasardeux du SPF santé publique

La bataille pour la distribution de vaccins anticovid et la gestion du stock stratégique continue. Cette semaine, l’audience qui oppose l’actuel prestataire de l’État en la matière, l’entreprise flamande Medista, et le SPF santé publique, se tenait à la chambre XII du Conseil d’État, dont le jugement est attendu dans les jours prochains.

Medista, qui avait remporté une offre de marché public courant jusqu’en 2025, a en effet été écartée à l’issue d’un second appel d’offres, qui a vu l’État se tourner vers deux autres prestataires: l’entreprise Raes pour ce qui est du stockage des tests et équipements médicaux, et Movianto, pour ce qui est de la distribution de vaccins. Deux entreprises qui pourraient hériter du contrat si le Conseil d’État tranche en défaveur de Medista.

Une histoire de licence

Mais des vaccins, qui va les stocker ? S’il s’agit de Raes, cela ne devrait pas poser problème. D’après la base de données européenne compilant les autorisations de fabrication et de bonnes pratiques de fabrication et de distribution pharmaceutique ( EudraGMDP), l’entreprise dispose bien des certificats (délivrés par l’agence du médicament belge, l’AFMPS) attestant sa capacité à stocker à -80, -20 ou entre 2 et 8 degrés, si l’on s’en réfère au « champ d’autorisation » précisé par l’AFMPS.

En revanche, s’il s’avère que c’est bien Movianto qui se chargera du stockage des vaccins, cela pose question: d’après les données consultables sur l’EudraGMDP et datant de fin juillet, l’entreprise ne dispose pas, en Belgique, des capacités techniques permettant le stockage maximal du vaccin produit par Pfizer (Comirnaty) qui requiert une température de stockage comprise entre -90 et -60 degrés pour une conservation d’au moins six mois. D’après des données, Movianto peut actuellement stocker jusqu’à -20 degrés, ce qui réduit le temps de conservation possible du vaccin de Pfizer à strictement deux semaines.

Au dernier pointage (fin juin) la Belgique dispose d’au moins 4,5 millions de doses de Comirnaty. Ce qui fait pas mal de doses à écouler en deux semaines…

Bien moins tatillon

D’après les échos glanés parL’Avenir, l’AFMPS comme le fédéral ont toujours été très tatillons sur le respect de des certifications et équipements de refroidissement/congélation des vaccins (en particulier ceux de Pfizer) et ce depuis le début des campagnes de vaccinations. Ce point a-t-il été soulevé lors de l’audience du 2 août dernier au Conseil d’État ? Ni l’AFMPS ni le SPF n’ont souhaité faire de commentaire, tant sur la procédure au Conseil d’État que sur l’attribution du marché public en cours.

Toutefois, le ministre de la santé Frank Vandenbroucke (Vooruit) s’était fendu d’une communication sibylline sur les raisons de ce changement de prestataire : »Il est apparu l’année dernière(NDLR : en 2021)que le budget était sur le point d’être dépassé. L’Inspection des finandes était d’avis qu’un nouvel appel d’offres devait être lancé en raison de ce problème », a argué le ministre auprès de nos confrères deHet Laatste Nieuws, eux aussi intrigués par ce changement de prestataire pourtant unanimement apprécié, en particulier par les Régions.

«Multiplication» des audits

Mais visiblement, le budget n’est pas la seule raison de ce revirement. Selon cet observateur bien placé au sein du biotope de la logistique pharmaceutique en Flandre, »les audits se sont effectivement multipliés « , et Medista n’y a vraisemblablement pas échappé. Sans grande découverte, sans doute. Ou, si des manquements ont eu lieu, le SPF santé publique n’en a en tout cas pas fait état publiquement…

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages