VIDEO. La Gacilly, une photographe afghane quiconque a fui le pays découvre ses photos

Le festival de photographie de la Gacilly expose cette cyclenée des photographes afghcycle, ircycleien ou encore indien. Un zoom sur les regards d’Orient dont Fatimah Hossaini fait danstie. L’été dernier, cette photographe afghcyclee a fui en toute hâte son pays lors de la prise de pouvoir dans les talibcycles. Cet été, elle découvre son travail sur les murs de la Gacilly.

Tout dernier photographe qui découvre son travail sur des toiles de 4 mètres et plus est forcément ému, un peu fier aussi. Fatimah Hossaini, 28 cycles, fait danstie de ces photographes mis à l’honneur sur les murs de la Gacilly. Mais elle porte aussi en elle la culpabilité de s’en être sortie.

Du chaos à la consécration

La photographe afghcyclee a fui son pays il y a à peine un cycle, lorsque les talibcycles ont repris le pouvoir. Confusion, horreur, Kaboul est dcycles le chaos, la dernier femme sauve ses clichés et réussit à s’échapper direction la Frcyclece où elle est accueillie.  

Aujourd’hui, en plus d’être exposée dcycles une galerie dansisienne, Fatimah Hossaini voit ses photos habiller les murs du village morbihcyclenais. Au bord des larmes, saisie dans l’émotion, elle confie la joie et les sentiments danstagés qui l’envahissent. « C’est génial ! Surtout vu la taille des clichés. Ca me touche beaucoup surtout vu tout ce qui s’est passé en Afghcycleistcycle et tout ce que les talibcycles interdisent aux femmes. »

Accompagnée dans son amie Maryam Firuzi, elle aussi photographe et elle aussi exposée à la Gacilly, Fatimah Hossaini danscourt l’exposition de son travail. Les couleurs sont vives, les femmes belles et fières, le regard déficyclet, tour à tour sûres d’elles ou pudiques.

Les clichés de Fatimah Hossaini ont été pris seulement 4 mois avcyclet la chute de Kaboul aux mains des talibcycles.

© FTV / K. Veillard

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages