voilà son nouveau plan de mobilité (cartes) (Bruxelles)

Le trafic de transit passera au rouge dès cet été dans le Pentagone bruxellois: tout le trafic sera réorienté des quartiers vers la Petite Ceinture.

ÉdA – Julien RENSONNET – Ville de Bruxelles

La Ville de Bruxelles tient son plan Good Move pour le Pentagone. La mobilité y changera dès le mois d’août 2022. Voici les principales mesures de ce plan.

La Ville de Bruxelles enclenchera un nouveau plan de circulation pour le Pentagone dès cet été. Son entrée en vigueur est prévue le 16 août 2022, au lendemain d’un mardi férié. Ce schéma sera présenté lundi au conseil communal. Il s’agit du premier jalon communal de la Ville au plan régional Good Move, donc chaque commune doit adopter les pirncipes.

Le plan escompte globalement transformer le Pentagone en « zone apaisée ». Schématiquement: c’est le trafic de transit qui est visé. Le principe STOP, hiérarchisant les modes en partant des piétons et vélos pour aller vers les transports en commun et enfin la voiture individuelle, devient la règle.
 

(Cliquez sur la carte pour en obtenir une version commentée)

 

Concrètement, le plan propose de limiter au maximum le trafic de transit. Ainsi, « les automobilistes qui n’ont pas de destination dans le Pentagone sont dirigés vers la Petite Ceinture ». L’ambition n’est pas de bannir la voiture puisque « tous les modes de transport restent possibles ». Et ainsi, « le Pentagone est plus accessible aux personnes qui en font leur destination ».

La Ville en profite pour s’attaquer à ses problématiques « ZACA », soit les « zones à concentration d’accidents », dans le jargon de la mobilité. Le plan en vise 12: les carrefours de la Porte de Flandre et de Place de l’Yser (quartier des Quais), les carrefours Pletinckx-Van Artevelde et Dansaert-Van Artevelde (quartier Jardin aux Fleurs), les carrefours rue des Cendres-Petite Ceinture et rue du Marais-Petite Ceinture (quartier du Marais), le carrefour rue Royale-Rue de la Loi (quartier des Libertés), le carrefour rue de la Régence-rue Bodenbroek (Grand Sablon), les carrefours le long du boulevard du Midi et le long de la Rue de la Fontaine (Stalingrad).

Suivant le principe STOP, d’autres aménagements urbanistiques sont dans les tuyaux. Dont l’amélioration de l’infrastructure cyclable rue de la Loi et le boulevard Émile Jacqmain, un nouvel axe vélo de l’église de la Chapelle à la rue de la Loi, des centaines d’arceaux vélo, ou la réintroduction du bus 46 entre porte d’Anderlecht et gare du Nord.

Le plan de stationnement aussi évolue comme c’était déjà annoncé: dès le 2 mai 2022, la zone grise aux tarifs augmentés « pousse les véhicules qui se garent longtemps vers les parkings publics » alors que davantage de places sont réservées aux voitures partagées.
 

(Cliquez sur la carte pour l’agrandir si nécessaire)

La Ville prévoit aussi de nouveaux espaces publics grâce à des espaces libérés. C’est le cas rue du Chêne, rue de l’Étuve, rue des Moineaux, rue de Villers et sur la Vieille Halle aux Blés, qui feront toutes parties de la zone piétonne autour du Manneken Pis. Sont aussi concernées la rue de la Senne, la rue des Six Jetons, la rue de la Chapelle et la place de la Liberté. « Les habitants seront impliqués lors de la réflexion concernant l’occupation de cet espace libéré », promet la Ville. « Ils pourront dire s’ils souhaitent plus de verdure, une aire de jeux, un espace terrasse, plus d’espace pour se promener ou se reposer… »
 

Le collège des bourgmestre et échevins de Bruxelles a déjà approuvé ce schéma. Ce changement s’inscrit dans le cadre du Plan régional de Mobilité Good Move. Avant la Ville, Schaerbeek et Anderlecht ont également procédé à cette adaptation.

 

Dhondt: « Le trafic de transit rend nos rues dangereuses »

 

« Des milliers de voitures traversent chaque jour des quartiers résidentiels, pour se rendre dans un lieu situé en dehors du centre. Ils traversent des rues où des enfants vont à pied à l’école, où des parents déposent leur bébé à la crèche, où des visiteurs font leurs courses, où des personnes âgées se rendent à pied à l’hôpital », pose Bart Dhondt, échevin de la Mobilité (Groen). « Ce trafic de transit rend nos rues dangereuses. Il est source de stress, d’embouteillages et de pollution. Avec ce schéma, nous rendons la ville aux personnes qui veulent y être, à celles et eux qui en font leur destination ou leur point de départ ».

Le Bourgmestre Philippe Close (PS) relève quant à lui que « près de 80% des déplacements domicile-travail vers le Pentagone se font en transport en commun et seuls 30% des ménages du Pentagone ont un véhicule ». Ce qui, selon le maïeur, « montre bien que les Bruxellois sont prêts à faire des choix de mobilité plus conscients ».

 

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages