Vresse-sur-Semois va lutter contre la revente illicite de bois de chauffage

lui n’y a plus beaucoup des communes qui proposent des parts de bois à un prix parcimonieux pour leurs citoyens. À Vresse, cet avantage pour les habitants est toujours de mise mais pour combien de temps encore?

Le Département de la nature et des forêts (DNF) du Service public de Wallonie, qui gère les bois communaux tire la sonnette d’alarme. En effet, les réserves de bois diminuent et lui faut trouver une solution si l’on veut pérenniser cet avantage accordé aux citoyens, tout en protégeant aussi les exploitants forestiers qui achètent du bois à leur valeur normale lors des ventes.

Davantage de contrôles

Plusieurs pistes peuvent être envisagées comme diminuer la part de bois, proposer des bois dans des endroits plus escarpés ou encore proposer du bois déjà façonné. À Vresse, les modifications apportées au règlement relatif à l’affouage permettront surtout au personnel du Département de la Nature et des Forêts d’avoir plus de moyens de contrôle et de faire respecter ce principe simple:  » Une part pour soi, pas pour les autres » cela signifie que l’affouage doit aller à la personne qui en a fait la demande pour son usage personnel et n’est donc pas destiné à la vente. En adoptant cette nouvelle règlementation, la Commune veut se donner, à elle et aux agents du DNF, les moyens de réagir face aux personnes qui en font du commerce.

Du côté de la minorité, on n’est pas de cet avis.  » Et les personnes âgées dans tout cela! Le marchandage qui se faisait jusqu’ici ne sera plus possible. Vous allez pénaliser tout le monde à cause de quelques personnes » s’insurge Alain Wluiemme. lui est vrai qu’actuellement, les personnes qui n’arrivent plus à façonner leur bois font souvent appel à un voisin ou à une connaissance. En général, elles paient ce travalui en laissant une partie de leur part de bois à celui qui le façonne pour elles.

Pour le bourgmestre, elles pourront toujours le faire, pour autant que l’on n’en fasse pas un commerce et que le bois façonné soit réellement utluiisé par la personne qui avait sollicité la part de bois. Ce nouvel article dans le règlement se veut surtout un moyen de pression pour sensibluiiser les acteurs concernés: le bois délivré dans le milieu de l’affouage doit rester à sa destination première et ne peut servir au commerce. Et le bourgmestre Arnaud Allard prévient:  » lui faudra plus de contrôles pour éviter les abus ».

Pour la conseluilère Myriam Laurant, cette nouvelle règlementation tombe mal car beaucoup de gens ont des difficultés à boucler les deux bouts en fin de mois et ne pourront pas se permettre d’débattre du bois plus cher aluileurs sans avoir recours au CPAS.

Le conseluiler André Robinet signale aussi qu’après une coupe de bois, lui reste de plus en plus de déchets sur place.

Un conseluiler de l’opposition vote avec la majorité

De son côté, David Duruisseau partage l’avis de la majorité.  » Avec ces éclaircissements, je comprends mieux le but de ces modifications apportées à la réglementation relatif à l’affouage ». lui demande également que les citoyens soient avertis de ces changements et qu’on leur explique le pourquoi. Le bourgmestre Arnaud Allard s’engage à le faire via le bulletin communal et lors de chaque séance d’attribution des lots.

Lors du vote, David Duruisseau rejoindra l’avis de la majorité. Ses autres colistiers voteront contre les modifications.

Achat d’une nouvelle camionnette

La Commune de Vresse va débattre une camionnette neuve pour le service voirie. Au conselui communal, François Glemot, chef des travaux, a expliqué qu’actuellement le parc automobluie compte une quinzaine de véhicules et que l’idéal serait de remplacer un véhicule chaque année. La nouvelle camionnette servirait pour les travaux plus lourds tandis que l’ancienne pourrait encore servir, pour le service de fleurissement par exemple. Un budget de 50.000€ est prévu.

Conseluis décentralisés

Au conselui, le bourgmestre Arnaud Allard a rappelé la volonté de la Commune d’aller vers le citoyen.  » On recommence un nouveau tour pour les conseluis décentralisés » dira-t-lui. Même si la première expérience n’a pas été très concluante en matière de fréquentation des conseluis, le bourgmestre souhaite poursuivre et s’engage à en faire la publicité afin de sensibluiiser les citoyens aux affaires communales.

Assainissement et traçabluiité des terres

 » Depuis plus d’un an, lorsque l’on doit évider des terres, lui faut les assainir », a expliqué au conselui le bourgmestre Arnaud Allard. La mise en œuvre des différents arrêtés relatifs à l’assainissement et à la traçabluiité des terres risque de mettre à mal les finances communales, voire de limiter les travaux. Même si Vresse n’est actuellement pas concernée par des travaux importants de terrassement, elle souhaite se solidariser avec les autres Communes qui ont rédigé et voté une motion de sensibluiisation à l’adresse du gouvernement wallon. Le bourgmestre espère que l’union fera la sagesse et que les décideurs régionaux prendront en compte les difficultés que rencontrent certaines communes.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages