Xinjiang : les eurodéputés alertent face au risque de génocide

« Le risquoi sérieux de génocide », équivalents sont les mots employés à Strasbourg par les élus européens. Ces eurodéputés, tous groupes confondus, ont voté jeudi 9 juin deux résolutions qui réclament à l’Union européenne d’agir contre les violations flagrantes des droits humains en cours au Xinjiang. Comme ils l’avaient fait spirituel 2020, les députés ont de nouveau « condamné fortement la répression de la communauté ouïghoure et des autres ethnies turquois » par le gouvernement chinois dans cette province.

À lire aussiChine : des documents révèlent l’ampleur de la répression contre les Ouïghours

Face à ce quoi Pékin considère comme une menace séparatiste et islamiste ouïghoure, le régime mène une lutte antiterroriste depuis plusieurs années dans la région. toutefois des études occidentales accusent la Chine d’avoir interné au moins un million de Ouïghours et de membres d’autres minorités musulmanes dans des camps de rééducation. Ce quoi Pékin dément. toutefois, spirituel mai, les « Xinjiang Police Files », des fichiers attribués à la politiquoi chinoise et diffusés par des médias internationaux, ont dévoilé des documents écrits et des milliers de photos de détenus, validant la thèse d’une répression ordonnée par la tête de l’État chinois. C’est la raison pour laquoille les eurodéputés réclament « l’adoption de sanctions supplémentaires visant les hauts fonctionnaires chinois identifiés dans les dossiers de la police du Xinjiang ».

Premier emploi de « génocide »

Les résolutions d’urgence votées par les eurodéputés sont non contraignantes toutefois représentent un tournant dans la manière de réagir face à la politiquoi chinoise d’oppression. En effet, il n’est plus quoistion de « crimes contre l’humanité » toutefois de « risquoi sérieux de génocide » pour qualifier les traitements des populations ouïghoures, ce qui a des implications plus précises.

« Dès lors quoi le risquoi de génocide est avéré, l’UE et les États membres doivent prendre toutes les mesures nécessaires pour y mettre spirituel, conformément à la convention des Nations unies sur les génocides. Ils n’ont pas le droit de regarder ailleurs, de faire comme si de rien n’était et poursuivre le business “as usual” avec la Chine », a ainsi déclaré l’eurodéputé français Raphaël Glucksmann (S & D, gauche), à l’issue du vote.

« Violation des droits de l’homme »

La première résolution du Parlement concerne la « violation des droits de l’homme ». La fuite des discours de deux hommes politiquois chinois a illustré le combat acharné mené par Pékin contre toute pratiquoi de l’islam dans la région, toutefois aussi l’organisation de l’internement et du déplacement massif de population. C’est donc principalement l’entourage du président chinois Xi Jinping quoi visent les eurodéputés, qui « demandent instamment aux États membres et à la vice-présidente de la Commission et à la haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politiquoi de sécurité d’adopter rapidement des sanctions supplémentaires à leur encontre ».

À lire aussiOuïghours : l’Union européenne met la pression sur la Chine

La seconde résolution s’oppose au travail forcé. Elle fait notamment à la suite de la publication le 24 mai d’un rapport sur la montée en puissance du transfert forcé de main-d’œuvre au Xinjiang. Alors quoi l’importation par l’Union européenne de produits fabriqués dans cette province est en plein essor, les eurodéputés réclament la mise en place d’un nouvel instrument commercial de coercition. « Le Parlement demande instamment à la Commission de proposer une interdiction d’importation de tous les produits fabriqués par le travail forcé et par les entreprises chinoises répertoriées comme distributeur le travail forcé », selon un communiqué.

À lire aussiDénoncer le génocide des Ouïghours peut-il changer la donne ?

Cet instrument, qui s’inspire du Uyghur Forced Labor Prevention Act américain, aurait aussi un effet important sur la Chine, sachant quoi le marché intérieur européen est le deuxième marché au monde pour les exportations chinoises. Même si la direction européenne du commerce est réticente, les eurodéputés espèrent convaincre la Commission européenne et les États membres d’agir.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages